Accueil > Dossiers > Voitures et transports polluants > "Faire interdire la publicité fossile, le nouveau combat de Greenpeace"

"Faire interdire la publicité fossile, le nouveau combat de Greenpeace"

Mieux vaut tard que jamais ?

lundi 4 octobre 2021

"Greenpeace vient de lancer une importante pétition sur tout le territoire européen. Cette “initiative citoyenne européenne” (ICE) a un objectif aussi ambitieux qu’indispensable : faire interdire toute forme de publicité pour les énergies fossiles." écrit Greenpeace aujourd’hui.

On se réjouit de cette initiative, mais on se souvient qu’il y a 14 ans, lorsque Respire avait initié une campagne en Belgique sur l’exact même sujet, Greenpeace avait décliné. A l’époque, Greenpeace considérait que cette campagne était trop radicale, et ne voulait pas sa fâcher avec trop de monde.

On se réjouit donc que Greenpeace remette ce point à son agenda. Mais le timing est très interpellant, et témoigne d’une difficulté constante dans le "mouvement environnemental".

Il y a 14 ans, l’ONG estimait qu’une prise de position contre la publicité commerciale pour les transports polluants imposée à tous, en tout temps et en tous lieux, était inadéquate. Parce que trop radicale.
Depuis, les gaz à effet de serre n’ont cessé de croître, le pétrole, le gaz et le charbon de brûler, pour notre plus grande perte. Les niveaux de consommation de fossiles et d’émissions de gaz à effet de serre n’ont cessé d’augmenter sous la triple pression :
- de l’industrie publicitaire qui incite tout le monde à surconsommer, y compris des 4 x4x et des micro-voyages en avion low-costs,
- de l’industrie bancaire qui accorde les crédits qui permettent aux ménages de s’endetter pour acheter ces bien à énergies fossile,
- des politiques de croissance et d’occidentalisation du monde, qui organisent ce gavage, et ravagent la planète et les peuples.

Il est trop tard maintenant pour éviter les catastrophes. Et il est difficile de comprendre pourquoi Greenpeace a mis tant de temps à se décider, arrivant comme les cavaliers d’Offenbach dans cette lutte idéologique qui est la mère de toutes les batailles : c’est bien en effet parce que la majorité de la population mondiale subit un lavage de cerveau permanent et une propagande violente que le modèle de surconsommation continue de croître.

La difficulté dans cette affaire vient du corollaire politique de l’engagement excessivement tardif de l’ONG. De la même manière que Greenpeace ne voulait ps se positionner contre la pub il y a 14 ans, l’ONG ne veut pas se positionner sur la décroissance de la consommation aujourd’hui. Parce que cela serait trop radical. Et sans doute aussi parce que cela gênerait son conseil d’administration proche de certains partis politiques et ses généreux donateurs, comme c’était le cas avec la pub il y a 14 ans.

Pourtant, il est aujourd’hui parfaitement clair qu’il n’y a pas de solution à la crise énergético-climatique dans un régime croissantiste et productiviste. Il ne peut pas y en avoir, parce qu’augmenter le flux de matière et d’énergie qui traverse le processus économique (la croissance), c’est créer des pénuries à l’entrée de ce système (l’énergie, dont le coût explose aujourd’hui), et des saturations à sa sortie (les émissions de gaz à effet de serre qui provoquent le bouleversement climatique).

Respire a été fondée en 2005 pour porter ces idées. Elles se diffusent ces derniers mois particulièrement vite. Mais très tard également.

Depuis son origine en 2005, Respire a dû constater que certaines grosses associations, comme Greenpeace, sans aucun doute pour garder leur position dominante sur le marché associatif et de ne pas froisser leurs partenaires politiques, ont tenu des positions qui nous desservent collectivement en nous faisant perdre le temps dont nous manquons déjà.

Espérons que ces ONG soient capables de se remettre en question.
Greenpeace lance une campagne contre la publicité pour les énergies fossiles.
C’est tard, mais bien.
La suite logique doit suivre :
- la publicité commerciale doit être retirée de l’espace public,
- les politiques productivistes doivent être dénoncées et combattues pour ce qu’elles sont : des politiques suicidaires.

Greenpeace, where are you ?

Et pour développer son esprit critique et élever sa conscience écologiue :


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité