Accueil > Actualité du monde publicitaire > France : "Etude Australie-TNS Sofres : de plus en plus de publiphobes"

France : "Etude Australie-TNS Sofres : de plus en plus de publiphobes"

lundi 31 octobre 2011

En ces temps d’indignation sur fond de récession organisée par la croissance, il semble que le début de la fin s’accélère. Y compris pour la pub, symbole et moteur d’un modèle de développement qui va dans le mur.

"Etude Australie-TNS Sofres : de plus en plus de publiphobes", 27/09/2011. Extraits :

La huitième édition de l’étude Australie/TNS Sofres sur le thème de la publicité et la société (*) n’est pas tendre, que ce soit avec le monde politique et économique ou avec celui du marketing. L’étude met en exergue un pessimisme grandissant de la part des Français et dénote quatre grands décrochages.

(...)

Quatrième décrochage : le marketing. Pour la première fois depuis 2007, les opposants au modèle consommatoire sont les plus nombreux. L’étude identifie (par système de scoring vis-à-vis de l’appétence par rapport aux marques, au shopping, à la pub...) quatre types de Français : les opposants (33 %), désormais les plus nombreux (un Français sur trois !), les indifférents (30 %), les lucides (26 %) et les accros de la consommation (12 %). Certes, la note moyenne vis-à-vis des grandes marques est stable, mais leur image s’effrite. Seulement 67 % déclarent qu’elles leur donnent envie d’acheter (contre 71 % en 2007), 68 % qu’elles sont innovantes (contre 73 %), 58 % rassurantes (contre 65 %)... Et la relation entre les marques et le consommateur s’est beaucoup dégradée en trois ans. Accélération des items négatifs, baisse des items positifs... La publicité n’échappe pas à cette crise de confiance. L’attention portée à la publicité en général est stable (la moitié y prête attention) mais la note se dégrade légèrement vs 2010, elle passe de 4.2/10 à 4/10 mais elle était de 4,7 en 2004. ""Un fossé énorme, note Vincent Leclabart. 81 % des Français estiment la publicité envahissante (contre 77 % en 2010), 66 % banale, 57 % agressive et 53 % dangereuse)". Les publiphobes (37 %) seront bientôt trois fois plus nombreux que les publiphiles (13 %).

Comment expliquer cette publiphobie ? "Plus que par la difficulté de vivre, par l’absence d’envie", répond Vincent Leclabart. En croisant les items, l’étude dénombre quatre profils : les motivés (35 %), les frustrés (25 %), les désabusés (25 %) et les désabonnés (14 %), ces derniers étant plus jeunes (45-59 ans) et ayant des revenus moindres que les désabusés. Ces deux groupes n’ont en commun que leur distance à la publicité et aux marques. "Les marques, poursuit Vincent Leclabart, perdent le contact avec les consommateurs, soit parce qu’elles ne leur correspondent plus en termes économiques, soit parce qu’elles n’arrivent plus à les séduire par leurs actions marketing". La considération reste le mot d’ordre. A une époque où, théoriquement, chacun a les moyens de s’exprimer, c’est le contraire qui est souvent ressenti. Les professionnels du marketing et de la publicité doivent se poser des questions. Car "si en politique, cela paraît difficile, rien n’est perdu et il demeure possible de recréer une relation de compréhension et de respect entre les marques et les consommateurs, car l’envie est encore là", conclut Vincent Leclabart. Et en publicité, cette envie a un nom, l’humour. Seulement 46 % des Français jugent la publicité distrayante (contre 50 % en 2010).

(*) 1 026 individus de 15 ans et plus, interviewés par téléphone par TNS Sofres sur système Cati du 25 août au 1er septembre (questionnaire de 21 minutes).

Il y a un hic : ceux qui pourraient empêcher cette pollution visuelle, auditive, intellectuelle, culturelle et écologique qu’est la pub, pollution qui en plus nous est imposée alors même le ras-le-bol généralisé, c’est... la classe politique. Pas de chance, celle-ci n’en est visiblement pas capable, d’où le troisième décrochage mentionné dans cet article. On sait ce qu’il nous reste à faire...


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité