Accueil > Dossiers > Pub à l’école > Création du « Collectif école sans pub »

Création du « Collectif école sans pub »

jeudi 3 mars 2011

Notre communiqué du 28 février dernier traite du problème des intrusions publicitaires à l‘école : Intrusion publicitaire à l’école : stop !. Nous avions en effet été averti par des parents et élèves qui ont été confrontés à la brochure du Rotary dont il est question dans ce communiqué.

Ces parents et élèves ont créé pour l’occasion le « Collectif école sans pub » qui a réalisé une action pédagogique exemplaire, visible sur le site du Collectif :

http://collectifecolesanspub.be

Nous vous invitons à diffuser ces vidéos.

Respire salue l’initiative du Collectif, soutien son action et vous engage, chers internautes, à informer le Collectif de toute intrusion publicitaire dont vous seriez témoin ou dont vous auriez connaissance via le formulaire en ligne ici.

Communiqué de presse du 26 février 2011

Intrusion publicitaire envers des étudiants du secondaire, un cas d’école inacceptable

Une brochure du Rotary Club comprenant de nombreuses publicités commerciales – pour de la bière, des produits bancaires, des vaccins notamment - a été distribuée dans plusieurs écoles du Brabant Wallon, en classe, pendant les heures d’enseignement.

Le Collège échevinal de Wavre et son bourgmestre Charles Michel ont fourni une « aide logistique » et un « soutien » à « l’opération carrières » annoncée par ladite brochure, que le Rotary Club organise le 26 février à Wavre. Pour rappel, le Rotary est une association qui se veut «  humanitaire et apolitique  » et prétend « renforcer les règles de déontologie dans tous les métiers ».

Cette intrusion publicitaire cible les jeunes, mineurs pour la plupart, sur les bancs de l’école, moment où ils constituent un « public captif » que les publicitaires apprécient particulièrement pour bénéficier de temps de cerveau humain disponible à vendre aux grandes marques. Avec l’aide de l’école publique ?!

Des élèves et parents d’élèves entendent dénoncer cet acte illégal et inacceptable par une action légale de protestation non violente et pédagogique, lors de « l’opération carrières ». Ils interpellent également la Ministre de l’enseignement obligatoire Madame Simonet : la lutte contre les intrusions publicitaires à l’école doit être sérieusement renforcée.

Collectif École Sans Pub

Élèves, parents, enseignants, citoyens

Renseignements et contact : Pierre Bochner - 0476 02 85 54

Courriel : contact [arobase] collectifecolesanspub.be

Web : http://collectifecolesanspub.be/

Notre initiative a reçu le soutien des associations suivantes :
Equipes populaires (EP), Respire asbl, RAP (Résistance à l’agression publicitaire), ... et d’autres en feront de même...
Merci au Collectif Artivist.

Ci-dessous : tract distribué lors de l’action :

« Trop pleins pour une carrière », quand l’école promotionne la picole...

Lorsqu’à l’initiative du Rotary Club,

corps enseignant, directions d’écoles, hautes écoles, pouvoirs public (la commune de Wavre et son bourgmestre Charles Michel, par ailleurs président du MR), participent ensemble à la distribution sur les bancs des écoles, d’une brochure contenant des publicités commerciales pour entre autres, une banque, une industrie pharmaceutique et pour une marque de bière forte,

... quand parmi les nombreux adultes ayant œuvré à la diffusion de cette brochure distribuée depuis trois années au moins, personne n’a semble t-il été en mesure de contester son aspect complètement déplacé,

... enfin, lorsque des enseignants ou directeurs d’école répondent à des élèves qui les interpellent sur la présence de ces publicités à l’école, des choses du genre : "Ah, je ne savais pas", "Je ne peux rien faire", "De toute façon vous avez suffisamment l’esprit critique pour vous défendre" ,

... on est en droit de se demander s’il y a encore des adultes responsables, capables de transmettre une éthique et des valeurs aux jeunes générations.

L’école de la picole

« Trop pleins pour une carrière » est une initiative de jeunes victimes de cette agression publicitaire à l’école, et de parents, enseignants et citoyens. Nous avons décidé de nous inviter à « l’Opération Carrières », un évènement organisé par le Rotary qui a servi de prétexte à la distribution de cette brochure. Nous y improviserons devant les visiteurs, une petite mise en scène intitulée «  L’école de la picole », parodiant un enseignement transformé en spot publicitaire permanent pour satisfaire l’appétit des entreprises. Un scénario que certains semblent souhaiter !

Nous voulons, par cette action non-violente, dénoncer et répondre symboliquement à la violence exercée par ces publicités.

1. Publicité pour les banques (ING - page 4) : faut-il rappeler le rôle des banques dans les spéculations et crises financières successives, entraînant plans d’austérité et misère, rappeler que ces crises devront tôt ou tard être payées par les jeunes ?

2. Publicité pour les vaccins (GlaxoSmithKline - page 16) : 27 vaccins préventifs pour rendre une jeune maman et son bébé heureux et en bonne santé (enfin, qu’ils disent !). C’est ici la santé qui se retrouve marchandisée sur les bancs d’écoles.

3. Publicité pour l’alcool (Anthony Martin, Gordon - page 12) : la bière forte comme projet pédagogique, ça c’est fort ! Comble de l’hypocrisie, sur le site de l’alcoolier, vous trouverez ceci : "Anthony Martin encourage une consommation responsable de ses bières. En entrant dans ce site vous reconnaissez avoir l’âge légal pour boire de l’alcool".

L’incitation à consommer de l’alcool, particulièrement lorsqu’elle cible des mineurs, est dangereuse et totalement inacceptable. Nous dénonçons l’irresponsabilité des pouvoirs publics, l’absurdité et l’hypocrisie qui consiste à mener des campagnes de prévention contre l’alcool, alors qu’au même moment, le service public sert de support à sa promotion. La publicité se voit en effet progressivement dérouler le tapis rouge et envahir l’ensemble des services publics (espace public, transports publics, RTBF, écoles...).

Plus généralement, l’incitation à consommer sans fin faite par la publicité, va à l’encontre de l’intérêt général, aussi bien du point de vue social, que sanitaire et environnemental. Nous dénonçons la démission des pouvoirs publics, l’absence de mécanismes permettant effectivement d’empêcher cette intrusion.

Enfin, nous enjoignons la Ministre de l’enseignement obligatoire, Madame Simonet, de prendre des mesures concrètes pour que jeunes, parents et professeurs obtiennent le droit élémentaire de pouvoir signaler de façon simple les infractions constatées à l’école, et ce, auprès d’instances indépendantes, ayant un réel pouvoir de contrainte. C’est tout le contraire de la situation actuelle !

Les enfants ne sont pas du gibier pour publicitaires

Le rôle du système éducatif est de participer à l’épanouissement et l’émancipation des jeunes, pas de les imbiber de religion consumériste.

Collectif École sans Pub
Élèves, parents, enseignants, citoyens

Renseignements et contact : Pierre Bochner - 0476 02 85 54
Courriel : contact [arobase] collectifecolesanspub.be
Web : http://collectifecolesanspub.be/


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité