Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > Croissance en doute

Croissance en doute

samedi 20 novembre 2010

La remise en cause de la croissance économique progresse. En voici quatre traces dans « les médias » à titre d’information.
PS : la galaxie de l’objection de croissance évolue bien plus rapidement que les pratiques médiatiques. Si vous souhaitez en savoir plus sur les activités nombreuses et variées qui se rattachent à ce courant de pensée, entrez en contact avec des militants.

- Redéfinir la prospérité, par Isabelle Cassiers, La Libre, 17 novembre 2011 :


Redéfinir la prospérité est une tâche urgente, essentielle et complexe. La récente crise économique et financière n’a fait qu’accentuer une prise de conscience qui se développe depuis quelques années sur les points suivants : l’orientation prise par nos systèmes sociaux comporte de nombreux problèmes et défis ; ceux-ci se manifestent dans des domaines très divers ; leurs racines s’inscrivent tant dans des pratiques que dans des modes de pensée ; ces problèmes ne pourront être dépassés s’ils ne sont appréhendés dans leur globalité. (…)

- Travailler moins pour aimer mieux, par Edgar Szoc, La Libre 19 novembre 2010 :

La question essentielle que pose aujourd’hui la réduction collective du temps de travail, c’est celle de savoir par quel mystère elle ne figure pas plus haut à l’agenda politique et social, au moment où "Le groupe des Dix" entame la négociation d’un nouvel accord interprofessionnel. Les amateurs d’énigme pourront y ajouter celle, à peine moins insondable, de savoir pourquoi, dans de nombreux pays européens, c’est la mesure inverse - le recul de l’âge de départ à la retraite - qui occupe cette éminente position.

- Décroître c’est grandir !, par Denis Delbecq, Le Monde, 16 novembre 2011 :


(…) Que reste-t-il alors pour éviter le mur que chacun d’entre nous contribue à construire ? Certains évoquent une décroissance, radicale, de notre consommation. Une option qu’il est aisé de qualifier de "retour à la bougie". Mais cette crainte ne garantit qu’une chose : que l’humanité restera les bras croisés, à regretter sans protester, par exemple, les projets de forage et de routes maritimes dans l’Arctique, dont les retombées écologiques accélèreront la fonte d’une banquise déjà mal en point. C’est bien de la décroissance que viendra une partie de la solution. Parce qu’on sait aujourd’hui diviser par deux, quatre, huit parfois, la dépense d’énergie – et les émissions de gaz à effet de serre – pour un même service rendu. Mais pour y parvenir, il faut de l’audace. De l’audace politique – parce qu’il n’est pas facile d’imposer des règles dans une société de liberté –, de l’audace économique, et du culot : allez expliquer à un actionnaire que vous entendez sabrer ses dividendes pour financer la lutte contre la précarité énergétique qui commence à ronger notre société et qui freine le développement au Sud. Choisie, la décroissance est une garantie d’empêcher un brutal retour en arrière, tout en luttant contre les inégalités. Une manière de faire grandir notre civilisation. Une décroissance subie, c’est tout l’inverse.

- Vivre mieux avec moins, La Libre 16 novembre 2011 :

Tandis que la crise économique n’en finit pas et creuse les écarts entre riches et pauvres, les remises en question de nos modes de production et de consommation, les initiatives pour une autre façon de vivre et une autre redistribution des richesses se multiplient : économie et entreprenariat social, décroissance, simplicité volontaire, frugalité, communauté et partage Nombreux sont, en effet, ceux qui pensent que le retour à une vie simple, plus sobre, plus respectueuse de l’environnement, plus solidaire, est la seule réponse crédible pour le rétablissement d’une économie plus équitable et un développement durable. Car il faut bien le reconnaître, la logique économique capitaliste est à cet égard dans l’impasse. Face à ce constat, n’est-il pas urgent de revoir les modalités de la croissance ? (…)


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité