Accueil > Nouvelles > Antipub McDo aux USA

Antipub McDo aux USA

jeudi 23 septembre 2010

Voilà une pub antiMcDo. Concoctée par PCRM, le Comité des médecins pour une médecine responsable (USA), elle est diffusée depuis le 16 septembre 2010 à Washington avant de l’être dans d’autres villes.

Étonnamment, McDo n’a pas jugé que ce message permettrait à ses clients de se forger une opinion plus éclairée sur l’impact de ses menus sur leur santé. "Cette publicité est scandaleuse (...) et injuste pour nos clients. McDonald’s fait confiance à ses clients pour tenir à distance cette propagande ahurissante, et effectuer des choix judicieux en matière d’alimentation et de mode de vie", a assené Bridget Coffing, une porte-parole de la société. (voir L’Express, 15 septembre 2010).

Combien a pu coûter ce spot, financé par une association sans but lucratif ? Puisque l’organisation a choisi d’employer les codes publicitaires sans doute pour espérer gagner en efficacité (la question se pose cependant), le prix a du être élevé.
On ne peut que s’étonner que les pouvoirs publics ne financent pas plus largement ce genre de messages - trop coûteux pour de petites institutions - qui tendent à protéger la santé publique. A-t-on déjà vu ce genre de pub à la RTBF par exemple ? Les missions de service public devraient pourtant l’inciter d’une part à promouvoir l’intérêt de ses usagers en les informant correctement et pleinement sur l’effet des produit dont elle fait la pub, et d’autre part à rechercher toujours l’objectivité et donc à envoyer des messages critiques après les publicités commerciale qui par définition sont partisanes et inobjectives.

Remarquez, les messages publicitaires sont tellement nombreux et les atteintes qu’ils portent à la santé publique tellement fréquentes que les pouvoirs publics devraient dépenser des fortunes en communication pour veiller à informer correctement les citoyens. Ils ne font pas grand chose, vous l’aurez remarqué. Les campagnes de communication de l’Etat en faveur de la santé ne sont rien face à la déferlante publicitaire contre la santé.

Remarquez encore que pour faire des économies de communication tout en garantissant une objectivité minimale de l’information que reçoit le citoyen, plutôt que de doubler chaque agression publicitaire par une contrepub visant à rétablir un peu d’objectivité et d’information, le plus simple serait d’interdire la publicité à la télévision [1]

Là encore l’Etat manque à toutes ses obligations et à l’encontre du bon sens auquel on pourrait s’attendre, il ne fait que faciliter la vente de temps de cerveaux humains disponibles à tous les vendeurs de malbouffe, y compris sur feu le service public.

Les remarques précédentes ne valent que si l’Etat est là pour jouer son rôle de protection des individus face aux puissances qui les dépassent, et la puissance des entreprises est sans aucun doute l’une des plus fortes de notre époque.
Si, au contraire, l’Etat a pris le parti des entreprises, mêmes des plus malsaines, pour garantir par exemple la croissance du PIB, il ne faut pas s’étonner que l’on ne le voit pas agir face à la propagande de ces mêmes entreprises.

Et de fait, il n’y a pas de surprise : l’Etat en ce qu’il se trouve dans ses prolongements au CSA, au Parlement et à la RTBF pour ne prendre que ces exemples, est majoritairement propublicitaire : les voies des 4 partis politiques francophones qui siègent et occupent ces institutions ne cessent de dérouler le tapis rouge à l’industrie publicitaire.

Il n’y a donc là rien de neuf sous le soleil, mais cette antipub McDonesque est là pour nous le rappeler avec toute sa morgue.

Pour le reste, des façons simples d’agir existent, les lecteurs de ce site les connaissent : désertez l’agonie en optant pour la vie.

Notes

[1Il est parfaitement possible de financer des TV avec des modèles économiques autres que la vente de temps de cerveau humain disponibles. Exemple : la télévision à péage, les taxes sur les activités de marketing ou de téléphonie, la redevance, etc.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité