Accueil > Nouvelles > 1300m2 d’espace public(itaire) à Lyon : oeuvre et désoeuvrement

France

1300m2 d’espace public(itaire) à Lyon : oeuvre et désoeuvrement

lundi 30 août 2010

"Une pub Adidas pour l’OL taguée par des militants antipub", Rue 89, 27 juillet 2010. Extraits :

(...)

La publicité devait trôner tout l’été, mais quelqu’un en a décidé autrement. Ce week-end, la bâche a été mutilée. Apparaissait alors un énorme slogan « STOP PUB » en plein milieu.

Devant une telle profanation, l’équipementier décide de retirer la publicité. « Quel est l’intérêt de laisser un panneau mutilé ? » argumente l’Olympique lyonnais. Mais le club de foot « ne se sent pas visé » et parle d’une initiative dirigée contre le système publicitaire. De son côté, Adidas se refuse à tout commentaire.

(...)

Un acte de cette dégradation est passible de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende.

Pour les locataires de l’immeuble, c’est aussi une satisfaction. « On est content, on ne voyait rien de la journée et on était obligé d’allumer constamment nos lumières », se plaint une riveraine.

Mais la bâche fera inévitablement son retour, car sa présence était due aux travaux qui auront lieu en novembre. Et « rien n’empêche une nouvelle pub », lâche-t-on du côté de l’OL, même si rien n’est encore fixé. (Voir la vidéo)

"Une pub Adidas pour l’OL taguée par des militants antipub", Rue 89, 27 juillet 2010.

Une semaine plus tard, la pub gigantesque est de retour. Les 1300m2 (!) sont à nouveau marqués par la transnationale qui fait fabriquer ses produits dans des conditions abominables dans les sweats-shop du monde entier. L’afficheur français, sans sourciller, défend que toute cette horreur appliquée sur un monument classé (merci le Grenelle de l’environnement Sarkozyen, 100% développement durable !), sauve le bâtiment.
Ecoutez en particulier cette petite remarque pleine de finesse qui permet à l’observateur inattentif de remarquer grâce au zoom de la télé que derrière la pub, la bâche reproduit en traits léger les formes du bâtiment. C’est le fameux "second degré" de lecture publicitaire, une illustration qui valait la peine d’être mise en lumière.

Vidéo de TLM :


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité