Accueil > Actualité du monde publicitaire > Loi « Grennelle de l’environnement » votée, vaste supercherie confirmée

France

Loi « Grennelle de l’environnement » votée, vaste supercherie confirmée

vendredi 2 juillet 2010

En 2008, le président français Sarkozy lançait son « grenelle de l’environnement » qui se voulait une profonde réforme, une révolution de l’attitude de la nation française vis-à-vis de la question environnementale et une évolution en conséquence de sa législation.

Grenul

Alors que les choses commençaient très mal dès le début puisque les questions relatives au nucléaire, aux OGM et aux infrastructures routières étaient évacuées des discussions, la suite du processus n’aura in fine aboutit qu’à ce que l’on pouvait attendre d’un tel processus : de la com’ de la com’ de la com’ et du capitalisme vert.

Quel est ce cadre ? Les lecteurs assidus de ce site l’auront deviné : celui de la croissance économique. Puisqu’à aucun moment il n’a été question de remettre en cause ce dogme suicidaire qui structure profondément l’économie française (pas seulement française bien sur), il ne pouvait y avoir de solutions réelles ni d’évolution conséquente du cadre législatif. Car la croissance économique infinie n’est pas compatible avec la vie digne sur Terre. En choisissant la croissance, Sarkozy décidait de facto de ne pas sauver « l’environnement ». Ca a l’air simpliste comme ça, mais en fait c’est simplement simple – essayez un peu de démontrer que cela est faux, pour voir.

Bref, le Grenelle était une arnaque depuis le début, on pouvait néanmoins espérer que l’opération de com’ contribuerait à faire évoluer les consciences et à se diriger vers des lieux d’où seraient visibles des débuts de solution. Mais c’était trop compter. En fait, les résultats sont tellement catastrophiques que ce qui ressort de ce grenelle risque bien de n’être que déception et désillusion. Car à force de parler de développement durable et d’autres « petits gestes » pour sauver la planète, si rien ne change sur le terrain de la protection de l’environnement, ça évolue dans les esprits dans le sens du découragement, et le moment où l’on se dit que plus rien n’est possible se rapproche. Où il apparaît que les fausses solutions ne sont pas simplement des non-solutions, elles sont en plus des problèmes.

Sursaut !

Il faut donc un sursaut ! Et il ne viendra pas des politiciens, quoique leurs activités néfastes contribuent indéniablement à une radicalisation de l’engagement. Le sursaut ne viendra pas non plus des grosses ONG, dont la participation-caniche aux rouages du système destructeur (ici le Grenelle) a montré combien elles sont peuplées d’experts-notaires plus contents de côtoyer des huiles (non-essentielles) que de s’engager dans des voies de changement qui sont moins confortables.

Le sursaut viendra donc de nous, cher lecteur, simples citoyens préoccupés, qui n’ont pas l’intention de se laisser scalper par les experts de la dévastation et du cynisme, et qui ne se bercent pas non plus de la douce et mortelle illusion que « les autres le feront, moi je peux rien faire ».

Première chose à faire : rigoler un grand coup. Le développement durable est une farce qui a assez duré. Il faut mettre ce concept marketing à la poubelle !

Deuxième chose à faire : aller boire un verre avec des citoyens engagés – ils sont très nombreux – pour s’organiser et mettre en pratique des alternatives. Les grandes directions sont connues, trêve de babillage, allons-y !

Pour conclure

Savez-vous où auront été observées les plus grandes reculées dans ce Grenelle de l’environnement sarkozien ? Non ? Devinez ? Mmmh ? Sisi, c’est le secteur de la pub qui bat tous les records. En fait, le Grenelle accouche d’une loi qui va à l’exact encontre des engagements pris. Finalement grâce au Grenelle, il y aura plus de pub, sur plus de supports, et moins de limites ! Mais c’est vrai que dès le début ce Grenelle était une opération de com’ alors forcément…

En Belgique il y avait eu le « printemps de l’environnement », qualifié de « grenelleke », qui comme chacun aura pu le constater, avait débouché sur un cadre règlementaire aussi ambitieux que celui appelé de ses vœux par le ministre du climat et de l’énergie sortant (Paul Magnette) : le quasi-néant. Respire avait participé à l’atelier sur la pub et l’avait quitté constatant le blocage intégral des lobbies (l’alliance pour la croissance de la pub et du patronat).

En comparaison le Grenelle ne fait donc pas dans le détail et suite à la mobilisation des associations citoyenne luttant contre la pubtréfaction, ouvre un boulevard à JC Decaux. Voyez :

Grenelle : cinq éco-dossiers plantés ou en friche, Libération,.

(…)

Publicité. Le paysage se tape l’affiche

« Une vaste supercherie », selon Paysages de France, une « prime aux délinquants » selon Résistance à l’agression publicitaire, un « boulevard ouvert pour les professionnels de l’affichage », selon les Déboulonneurs. Les trois associations, qui avaient déjà dû batailler en 2007 pour faire entrer la question de l’affichage publicitaire dans les discussions du Grenelle, dressent le même amer bilan : le lobby des annonceurs et des afficheurs, et en premier lieu le groupe Decaux, a dicté ses volontés.

Alors que l’engagement claironné par le gouvernement était de réduire la pression publicitaire sur le paysage, de modifier les entrées des villes françaises souillées par un enchevêtrement de panneaux, le texte accumule les dérogations à la loi de 1979, déjà très laxiste, qui régit l’affichage en France. Par exemple, les maires vont pouvoir désormais autoriser, sur simple arrêté municipal, l’installation de bâches publicitaires gigantesques sur tous les bâtiments en travaux. Pire : le texte va légaliser des pratiques contrevenant à la loi actuelle et régulièrement dénoncées par les trois associations, comme le « microaffichage » - les affiches publicitaires insérées dans les vitrines des commerces - ou l’installation de panneaux publicitaires autour des aéroports, c’est-à-dire généralement en rase campagne.

Réaction de Collectif des déboulonneurs, Paysages de France, Résistance à l’Agression Publicitaire (France) :

Communiqué de presse – jeudi 6 mai 2010

Grenelle 2 et publicité extérieure : fin du détricotage en règle !

Seule réelle avancée de la loi Grenelle 2, la suppression des préenseignes qui mitent les campagnes était, jusqu’à aujourd’hui, régulièrement mise en avant par le gouvernement pour arguer des « évolutions très positives » [1] en matière de publicité extérieure. Cette mesure était malheureusement très largement occultée par les nombreuses dérogations qui parsemaient le texte.

Le passage en séance à l’Assemblée nationale ce matin vient de mettre une touche finale à l’hypocrisie politique. En effet, un net recul vient d’être enregistré, permettant finalement à ces pré-enseignes de perdurer sous une forme très marginalement corrigée. Et ce avec la bénédiction du gouvernement.

Seul point positif, les députés sont revenus sur la possibilité offerte aux maires de déroger à la réglementation nationale en l’absence de RLP (règlement local de publicité). Le gouvernement a sagement choisi de ne pas donner son opinion sur le sujet.

Les déclarations de M. Borloo clamant une « réduction de la publicité »[2] n’y changeront rien. Grâce au Grenelle de l’environnement, nous pourrons bientôt avoir de grandes bâches sur tout le territoire (y compris celles qui ne seraient pas apposées sur un bâtiment), des publicités sur toutes les baies et façades vitrées ainsi qu’autour des gares et aéroports en rase campagne, sans parler de tous les dispositifs qui existent déjà.

Comme le soulignait M. Chassaigne, la patte des lobbies qui tirent les ficelles de cette mascarade est de plus en plus visible et personne n’est dupe. Le gouvernement précise que les décrets d’application de cette loi permettront de durcir et mieux encadrer l’activité des professionnels. Gageons que la main qui a habilement guidé l’écriture de ce scénario catastrophe saura à nouveau intervenir dans les couloirs du ministère pour parfaire son œuvre.

[1] Chantal Jouanno – France 2 – Mots croisés – 12 avril 2010
[2] Assemblée Nationale – 4 mai 2010


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité