Accueil > Nouvelles > Réponse de IEW à notre lettre de retrait de la fédération

Réponse de IEW à notre lettre de retrait de la fédération

jeudi 24 juin 2010

Suite à notre lettre de retrait de la fédération IEW publiée sur ce site Internet (voir : Respire se retire de la fédération IEW), la fédération nous a adressé la réponse ci-dessous en forme de « droit de réponse ».

Nous publions bien volontiers ce courrier sur notre site de sorte qu’effectivement le lecteur puisse « se forger une opinion contradictoire ». Dans le même souci d’information complète du lecteur, nous mettons en téléchargement ci-contre la note que deux administrateurs sortants (dont le président de Respire) ont remis à l’AG d’IEW en mars 2010 et dont il est question dans le courrier de la fédération.

PDF - 92.2 ko
Note_ex-admin_AG_IEW_20mars2010.pdf

Nous constatons avec regret que le courrier de la fédération n’apporte malheureusement pas de réponses convaincantes aux observations de Respire, ni aux propositions et demandes formulées par les deux ex-administrateurs lors de l’assemblée générale de mars 2010.

Précisons encore que nous n’avons pas participé à l’AG de la fédération du 12 juin dernier car Respire avait pris la décision de se retirer de la fédération avant cette date.
Sans avoir l’intention de nous apesantir sur ce pseudo-échange largement stérile [1]
qui ne remplace pas une réflexion qui n’a pas lieu (pour la simple raison que la direction de IEW ne souhaite pas qu’elle ait lieu), nous formulons encore l’espoir que la fédération se saisisse véritablement des questions soulevées.

Quant aux débats et discussions concernant les idées et les grandes orientations politiques, la façon d’effectivement prendre la voie d’une société meilleure sur une planète bien vivante, ils ont déjà lieu dans de multiples lieux, qui font peu de cas de la monoculture économiste, qu’elle soit verte ou de toute autre couleur.

*

Ci-dessous, reproduction du texte du « droit de réponse » de la fédération IEW (également en téléchargement ci-contre) :

Word - 1.8 Mo
Rép.IEWRetraitRespire

Namur, le 16 juin 2010

(…)

Cher Jean-Baptiste,

Chers membres de l’assemblée générale,

Par la présente, nous souhaitons réagir à la publication sur votre site Internet de la lettre en date du 10 juin par laquelle vous notifiez et justifiez le retrait de l’asbl Respire de la Fédération IEW.

Cette lettre mettant directement en cause la Fédération, nous vous prions de publier sur votre site le « droit de réponse » ci-dessous, qui permettra à tout un chacun de se forger une opinion contradictoire sur les divers griefs que vous formulez à notre égard. Nous regrettons par ailleurs votre choix de vous exprimer en dehors du cadre de l’Assemblée Générale de ce 12 juin qui vous offrait une possibilité de débattre des points évoqués et de faire évoluer les choses en interne.

Les relations avec « les instances de l’Etat ». La Fédération Inter-Environnement Wallonie rassemble quelque 150 ONG et associations de défense de l’environnement. Le fondement même de son action consiste à dégager des compromis en son sein et à peser ensuite sur les politiques afin de faire évoluer la cause environnementale. Ce plaidoyer s’opère à travers des prises de position dans les instances d’avis où nous siégeons, auprès des différentes parties prenantes sociétales et des décideurs, dans les médias. Critiquer la proximité avec les institutions de l’Etat revient à nier l’essence même de notre travail de fédération…

La démocratie interne. A la demande de deux administrateurs sortants, l’Assemblée Générale a analysé et approuvé une réforme du fonctionnement du Conseil d’administration limitant le rôle du bureau et l’ouvrant à de nouvelles dynamiques participatives. Notons plus globalement que la dynamique de participation et d’implication du personnel dans la définition des projets portés par la fédération est un fait et est saluée par nombre d’observateurs Affirmer qu’il y a une concentration du pouvoir ne correspond en rien à la réalité de la Fédération et constitue une atteinte à son intelligence collective.

La proximité avec les politiques : La Fédération est pluraliste et différentes sensibilités la composent, ce qui fait d’IEW une mosaïque qui reflète différentes approches environnementales et donc de choix politiques possibles sur ces questions. Afin de répondre à la demande formulée par deux administrateurs lors de l’AG de mars, le débat relatif à l’indépendance politique de la Fédération a été (re)débattu en AG ce 12 juin. Les procédures de transparence et d’équité démocratique qui balisent nos contacts avec les partis ont été renforcées et les règles internes adoptées en 2009 en matière de mandats politiques ont été réaffirmées.

Les choix stratégiques : Les orientations stratégiques arrêtées lors de l’Assemblée générale de ce 12 juin portent une attention particulière à la valeur ajoutée que doit constituer la Fédération pour ses membres, à la mise en oeuvre de projets de mobilisation citoyenne, à la pérennisation de nouveaux moyens pour le plaidoyer politique. Nous défendons dans ce cadre la « transition juste » que doit opérer notre système vers une économie prospère, solidaire et basée en priorité sur une approche locale et susceptible de répondre au défis écologiques.

C’est en ce sens que la Fédération consacre des moyens à la définition d’un nouveau cadre conceptuel. Notre première « Université d’automne » sera par exemple consacrée au thème de la décroissance. Dans un autre registre, la Fédération pilotera dans les prochaines années un projet pilote de développement d’un territoire bio en Wallonie.

Ces quelques éléments ne sont pas limitatifs d’une approche globale qui se veut cohérente et au service d’une ambition : porter haut et fort notre plaidoyer pour faire avancer la cause environnementale dans la sphère politique et sociétale à l’heure où la crise institutionnelle et socio-économique polarise les attentions au préjudice de l’urgence écologique.

Nous restons à votre disposition pour vous éclairer sur ces orientations et vous prions, cher Jean-Baptiste, chers membres de l’assemblée générale, de recevoir l’expression de nos salutations les plus cordiales.

Christophe SCHOUNE, secrétaire general
Gérard JADOUL, président de la Fédération IEW

Notes

[1En témoignent par exemple les attaques anonymes et la vulgaire opération de manipulation initiée dans la presse : voir "Les ultras secouent le lobby vert", Le Soir, 17 juin 2010.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité