Accueil > Dossiers > RTBF > Il ne faudrait pas être plus catholique que le pape [dixit RTBF]

Pubtréfaction de la RTBF parce que quand-même...

Il ne faudrait pas être plus catholique que le pape [dixit RTBF]

vendredi 19 mars 2010

Dans un article dont le ton ne saurait porter préjudice aux intérêts publicitaires, le Vif revient sur le communiqué de presse de Respire et Infor-drogues - Une marque de bière partenaire officiel du site de la RTBF… section « sport moteur » ! - pour souligner notamment que la pub pour la bière associée à la conduite sportive, eh bien c’est légal.

Ce qui ne nous apprend rien, mais nous confirme que décidément la loi qui encadre les pratiques publicitaires est lacunaire ou encore que le sens critique des journalistes est décidément bien émoussé (mais tout cela se sait déjà, fichtre on ne s’édifie pas avec ce canard).

En revanche et à défaut d’information, Roularta Media Group nous rapporte une "petite phrase" à la valeur de perle. Après avoir cédé la parole à la Ministre Laanan, Le Vif la laisse au "responsable de la communication interne et externe de la RTBF" (.be), Bruno Deblander.

Voici ce que cela donne :

(...)

Du côté de la RTBF, on réagit : « Nous ne sommes évidemment pas demandeurs de la publicité, encore moins de la publicité pour l’alcool mais dès l’instant où elle est permise, ce serait une hypocrisie de ne pas en faire surtout qu’elle est présente ailleurs dans les autres médias », affirme Bruno Deblander, responsable de la communication pour le service public audiovisuel, rappelant que « la RTBF, en matière de publicité, se plie déjà à un cadre réglementaire plus strict que celui de ses concurrents... Là, on nous demande d’être plus catholiques que le pape !  »

(...)

Lire en ligne : La bière sur RTBF.be : la loi l’y autorise.

L’une de ces phrases qui marquera probablement l’histoire de la pubtréfaction du service public, avec d’autres comme celle chantée en refrain par les édiles de l’audiovisuel façon parti socialiste : "je rêve d’une RTBF sans pub mais la pub est un mal nécessaire", etc.

Résumons le point de vue :

- 1. Dès lors que la pub pour l’alcool est permise, il serait hypocrite (!) de ne pas en faire, surtout que d’autres en font. C’est ce genre de non-argument stratosphérique qui nous est vendu par tout le gotha du capitalisme social-démocrate ou simplement brutalement capitaliste - dans une équipe il faut des avants et des arrières c’est bien connu. Ce genre d’argument qui se retrouve aussi bien chez les marchands d’armes ou d’amiante. C’est un principe que le PS vous recommande d’inculquer à vos enfants, et qui se trouve très bien résumé par un dessin de Singer que nous avons déjà eu l’occasion de reproduire sur ce site :

Illustration de Andy Singer

Notez que M. Deblander ne déclare pas qu’il serait "économiquement désavantageux" de ne pas faire cette pub nocive parce que d’autres la font, mais qu’il serait "hypocrite" de ne pas la faire. C’est donc une question de morale bien comprise, que d’effectivement vendre de la bière aux fanas de voitures de compet’. Pardon.

- 2. On n’arrête pas le progrès, c’est bien connu. On n’arrête pas non plus Bruno Deblander, qui après cette première perle, enchaîne directement avec la seconde, tout en restant dans le domaine de la morale bien comprise, cette fois sauce vaticane. Résumons : la RTBF ne peut pas faire autant de pub que RTL-TVi exilée au paradis fiscal au sud du pays pour capter votre temps de cerveau disponible encore plus efficacement. En dénonçant l’association de la pub (légale, vous dit-on) pour la bière à la conduite automobile de compet’ : "on nous demande d’être plus catholiques que le pape !" . Belle expression qui sied papalement à la situation. Nous ne sommes pas complètement certains du numéro de pape invoqué ici, mais il semble bien en tout cas qu’il ne s’agit pas du pape actuel lequel, quoique roulant effectivement en papamobile de luxe, ne semble pas particulièrement tourné vers la consommation de bière forte et moins encore vers la multiplication des vénales publicités commerciales. Mais trêve de chipotages, le pape du "responsable de la communication interne et externe de la RTBF" (.be) n’est peut être pas celui de Rome. Réfugions-nous donc derrière la formule avec lui, dans un effort de compassion universelle poussée jusque dans ses plus extrêmes retranchements pontificaux. M. Deblander doit vouloir dire que, quand même, ne pas faire une pub comme celle-là alors que c’est légal, en plus d’être hypocrite, ce serait commettre un péché !

Où il apparait enfin dans une lumineuse clarté, tout pape à part, que le problème central du service public, c’est sa direction. Nous le soulignons dans le cas extrêmement peu probable où vous ne l’auriez pape saisi.

Reconnaissons une qualité certaine au "responsable de la communication interne et externe de la RTBF" (.be) : il annonce clairement la couleur.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité