Accueil > Dossiers > RTBF > RTBF : « La trois » une voie de garage pour les programmes qui ne sont pas (...)

RTBF : « La trois » une voie de garage pour les programmes qui ne sont pas pub-compatibles

vendredi 16 octobre 2009

Nous en parlions ici, l’olivier noie la RTBF dans la pub.
A côté de l’autorisation de coupures publicitaires supplémentaires dans les séries, la Ministre Socialiste Laanan prévoit d’autoriser la pub pour les médicaments sans prescription. Une aberration qui ne manquera pas de poser de nombreuses questions notamment de santé publique, soyons-en surs.

A titre de « lot de consolation » pour ceux qui demandaient que l’on réfléchisse un petit peu à la place de la pub sur le service public, le gouvernement a décidé d’une « troisième chaîne » en lieu et place de RTBF Sat, sans aucune pub. Dans le cas où votre âme charitable aurait pu vous conduire à considérer favorablement cette annonce, nous attirons votre attention sur les éléments suivants :
- cette troisième chaîne risque bien d’être une voie de garage pour les programmes que les dirigeants socialistes et humanistes de l’audiovisuel qualifient de « cultureux », « soporifiques » ou encore « ennuyants ». Bref, tout ce qui ne permet pas de capter plus de pub ;
- cette troisième chaîne servirait donc d’alibi à une uniformisation publicitaire accrue de la Une et de la Deux, qui seraient un peu plus encore vidées de tout contenu propre à remplir les missions de service public ;
- cette troisième chaîne, à titre de voie de garage, serait sans doute fort peu investie par la direction de la RTBF dotée de lunettes publicitaires.

Cela, c’est ce que l’on pouvait se dire le 13. Le 14, c’est pire (eh si…), la preuve sous la plume de l’inénarrable Jean-François Lauwens du journal Le Soir (nous soulignons) :

(…)

Pour le téléspectateur, toutefois, la partie la plus visible de ces mesures d’austérité sera… l’apparition d’une nouvelle chaîne. En réalité, la Trois existe déjà mais elle sera totalement redéployée. (…) En revanche, très rapidement, la Trois deviendra une chaîne à part entière. Avec deux particularités : l’absence de publicité (ce qui rencontre une des idées lancées lors de la formation du gouvernement) et des programmes à destination des jeunes et des enfants. Globalement, elle sera une sorte de fourre-tout des émissions destinées à des publics spécifiques (enfants, films en VO sous-titrés, JT en gestuelle) et qui, en raison de leur faible audience, sont mal mises en valeur dans les grilles de la Une et de la Deux. La Trois n’existe qu’en numérique mais, de toute façon, le « switch off » (la fin des émissions analogiques) est prévu pour le 30 novembre 2011.

« La Sat s’éteint, la Trois se déploie », Le Soir, 14 octobre 2009.

Résumons : La Trois sera « une sorte de fourre-tout » c’est-à-dire sans ligne éditoriale claire, destinée à caser les programmes qui ne sont pas pub-compatibles.

Mieux : la trois n’existe qu’en numérique, c’est-à-dire que si vous avez la simple télédistribution, sans décodeur ou autre câble, vous n’y aurez pas accès. Mais, s’empresse de préciser J.F. Lauwens qui est bien renseigné car il officie à la manière de porte-parole des gestionnaires de l’audiovisuel du Parti Socialiste, de toute façon, tout le monde passe au numérique en 2012.
D’ici là, tant pis pour les pauvres, ils n’auront pas accès au fourre-tout.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité