Accueil > Dossiers > Voitures et transports polluants > « Prime à la casse : une imposture environnementale »

« Prime à la casse : une imposture environnementale »

Par Pierre Courbe, IEW

vendredi 18 septembre 2009

Des arguments qu’il est bon de garder à l’esprit lorsque l’on est confronté à l’une des publicités d’un constructeur automobile qui prétend depuis quelques semaines "offrir" au consommateur l’équivalent de la prime à la casse à l’achat de l’un de ses véhicules car la Belgique serait le seul pays d’Europe de l’ouest à ne pas proposer cette prime !

Extraits de la carte blanche :

A en croire ses laudateurs, la « prime à la casse » contribuerait à la protection de l’environnement. Leur raisonnement est simple pour ne pas écrire simpliste : cette prime octroyée à qui déclasse sa veille voiture pour en acheter une neuve permettrait de mettre sur nos routes des véhicules moins polluants. La réalité s’avère toutefois quelque peu plus complexe.

D’une part, les avancées environnementales de l’automobile sont loin d’être aussi grandes que l’industrie – qui lobbye d’ailleurs sans répit contre toute réglementation ambitieuse en la matière – ne veut le faire croire. (…)

D’autre part, un véhicule ne pollue pas seulement lorsqu’il roule : fabrication et prise en charge en fin de vie représentent, selon les polluants, entre 30 et 43.000 kilomètres roulés ! (…)

Mais il y a pire : les modalités d’application d’une prime à la casse peuvent en faire une véritable prime à la pollution ! En effet, si cinq Etats européens (sur les 13 qui ont instauré ce système) conditionnent l’octroi du pécule à l’acquisition d’un véhicule ne dépassant pas un certain plafond d’émission de CO2, il n’en va pas de même partout. Ainsi, en Allemagne, le conducteur qui se débarrasse d’une Volkswagen Lupo TDi 3L – la voiture la plus sobre jamais produite à l’échelle industrielle : consommation de 3 litres aux 100 km pour des émissions de 81 grammes de CO2 par km – pour la remplacer par une Porsche Cayenne Turbo – 14,9 l/100km, 358 gCO2/km – recevra 2.500 Euros puisés dans les deniers publics !

(…)

Lire l’entièreté du texte « Prime à la casse : une imposture environnementale », IEW, 16 septembre 2009


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité