Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > "La décroissance" au MEDEF (l’équivalent de la FEB en France)

"La décroissance" au MEDEF (l’équivalent de la FEB en France)

mardi 8 septembre 2009

S’il y a encore des zigotos qui pensent que l’objection de croissance c’est pour les écolo-bobos ou pour les autres, ils se trompent lourdement.

Les preuves par l’absurde ne manquent pas en ce moment. Un exemple parmi d’autres, mais ô combien frappant : le syndicat des patrons français a organisé une table ronde sur "la décroissance" !

Vous imaginez la FEB parler d’objection de croissance ? Non...... Le MEDEF l’a fait, lors de son université d’été. On observera avec attention les tentatives à venir de récupérations mercantiles des idées des objecteurs de croissance. En attendant, constatons que ce courant de pensée progresse à toute allure. S’il demeure considéré comme "marginal" par la cohorte des bien pensants, c’est sans doute très largement dû au fait que les médias dominants sont incapables de rendre compte de cette nouvelle donne. Ce qui est logique, tant ces médias dominants sont doublements serviles et corrompus : inféodés au pouvoir politique et à la publicité commerciale tout à la fois, c’est à dire aux tenants du dogme de la croissance et à son système de propagande.

Si le MEDEF s’y met (à la discussion, certainement pas à la pratique), ce n’est sans doute pas seulement une question de mode. C’est que la pression est trop forte : la justification du capitalisme est chaque jour moins possible, le dogme de la croissance craque de toute part. Les solutions sont du côté de la décroissance de la consommation, ça commence à se savoir.

Ci-dessous, une interview "à pas piquer des vers" de Yves Cochet, mathématicien, député Vert, objecteur de croissance de longue date [1] :


YVES COCHET : LA CRISE N’AURA PAS DE FIN
envoyé par latelelibre. - L’actualité du moment en vidéo.

Voir également : "Le Medef est–il prêt pour la « décroissance prospère » ?, Novethic, 4 septembre 2009.

Notes

[1NB : les thèses néo-malthusiennes que Yves Cochet défend depuis quelques mois (le "troisième ventre") nous semblent excessives et déplacées : il s’agit de vivre simplement pour que simplement les autres puissent vivre comme l’enseignait Gandhi. A cette condition, la démographie actuelle et anticipée par les spécialistes - 9 milliards d’êtres humains en 2050 - n’est pas un problème.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité