Accueil > Dossiers > Lobbies > "Élections au parlement européen : combien passeront au privé ?"

"Élections au parlement européen : combien passeront au privé ?"

Agones, 20 mai 2009

mercredi 10 juin 2009

"Élections au parlement européen : combien passeront au privé ?", Agone, 20 mai 2009. Extraits :

À quelques semaines des élections au parlement européen, les affiches électorales ont commencé à fleurir dans les villes d’Europe. Si on connait désormais la liste de ceux qui concourent à une (ré-)élection, on sait également quels députés ne briguent pas de nouveau mandat. Beaucoup vont retourner à la politique nationale, prendre leur retraite ou chercher un nouveau job. Mais il sera particulièrement intéressant d’observer au cours des mois et des semaines qui viennent, lesquels parmi les actuels députés vont passer de l’autre côté de la barrière et trouver un emploi de lobbyiste au service de l’industrie.

Après les dernières élections, en 2004, Elly Plooij van Gorsel, le vice-président sortant du parlement européen est devenu consultant senior pour la firme de lobbying Blueprint Partners, très peu de temps après avoir quitté ses fonctions. Les deux anciens députés britanniques David Bowe (travailliste) et Nick Clegg (libéral-démocrate) ont rejoint les rangs de la société de lobbying GPlus Europe (M. Clegg est depuis retourné à la politique et est devenu le Pt du parti social-libéral.) Pat Cox, l’ancien président du parlement européen a intégré le géant des relations publiques APCO ainsi que la firme de conseil basée à Bruxelles European Integration Solutions. Pat Cox est aussi conseiller de Microsoft, Pfizer et Michelin. Quant à l’ex-député allemand Rolf Linkohr, il a créé le Centre for European Energy Strategy (CERES), un think tank spécialisé dans le conseil en lobbying pour les grandes firmes énergétiques, y compris l’industrie nucléaire.

(...)

Au début de cette année, le secrétaire général du parlement, Julian Priestley, a rejoint l’EPPA (European Public Policy Advisers) un cabinet de consultants pour les affaires publiques basé à Bruxelles. Après plus d’une décennie passée dans le service le plus puissant du parlement, il dirige désormais cette société qui fait du lobbying entre autres au service des géants de l’industrie chimique comme Bayer CropScience, Cheminova et Syngenta. Les bureaux d’EPPA sont situés Place du Luxembourg, à moins de 100 m de l’entrée du Parlement.

(...)

Le parlement européen n’a actuellement aucune règle pour prévenir les conflits d’intérêts liés au passage du public au privé, à la différence des États-Unis où les membres de la Chambre des Représentants ne peuvent exercer la fonction de lobbyistes pendant les deux années qui suivent la fin de leur mandat. Quant au personnel de la Chambre et du Sénat, ils doivent attendre un an avant de pouvoir exercer une influence auprès de leur ancien employeur...

Traduit de l’anglais par Benoît Eugène La version originale dont est tirée ce texte est disponible sur le site du CEO


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité