Accueil > Actualité du monde publicitaire > Cap Horn en vue

Cap Horn en vue

Le Monde, 14 mai 2009.

jeudi 11 juin 2009

"Nous sommes en train de passer le Cap Horn, les vagues sont hautes et le vent ne faiblit pas." Jean-François Decaux a filé la métaphore marine lors de l’assemblée générale du groupe d’affichage qu’il copréside, mercredi 13 mai, pour évoquer la situation de JCDecaux. (...)

"Compte tenu de la situation, les annonceurs n’ont aucun état d’âme à basculer des budgets d’un média à l’autre. La décision est uniquement motivée par le prix. La compétition entre médias est plus forte", affirme M. Decaux. A ce jeu, presque tous les médias entrent dans une spirale déflationniste de leurs tarifs. En avril, la société d’études ZenithOptimedia, filiale de Publicis, a revu à la baisse ses prévisions du marché publicitaire mondial et table sur une chute de 6,9 %.

Même les leaders ne sont plus en position de force. A l’image de TF1. La chaîne du groupe Bouygues avait pris les devants en lançant un avertissement sur ses résultats. Elle avait dévoilé un plongeon de ses recettes publicitaires de 27 %, à 321 millions d’euros. Du jamais vu. (...)

JCDecaux (...), dont le chiffre d’affaires a baissé de 11,9 % au premier trimestre, s’attend désormais à un recul de 15 % de son activité au premier semestre. Mais il ne se risque pas à faire un pronostic sur l’année.

Ce manque de visibilité est constaté par tous les acteurs. En particulier par le groupe Lagardère, dont la filiale Lagardère Active est affectée par la baisse du marché publicitaire. Ce pôle - qui regroupe les activités presse, radio et télévision - a vu son chiffre d’affaires reculer de 18,3 %, à 399 millions d’euros, au premier trimestre.

Les groupes de médias français ne sont pas les seuls à souffrir. L’italien Mediaset, détenu par le premier ministre Silvio Berlusconi, a vu son bénéfice fondre de moitié, au premier trimestre, à 60 millions d’euros. L’allemand Bertelsmann est quant à lui tombé dans le rouge et accuse une perte de 78 millions. (...)

JCDecaux, qui avait décidé de réduire ses investissements à 250 millions d’euros en 2009, envisage de les diminuer encore. Et renégocie certains contrats, comme celui du Velib’parisien.

(...)

Voir l’article complet en ligne : La chute du marché publicitaire et la baisse des tarifs font tanguer les groupes de médias, Le Monde, 14 mai 2009.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité