Accueil > Dossiers > Publicyclettes (Vélos publicitaires) > La ville de Bruxelles, la Région et JC Decaux sont sur un vélo...

La ville de Bruxelles, la Région et JC Decaux sont sur un vélo...

lundi 25 mai 2009

"Bruxelles a enfin son vélib’ ", La libre, 15 mai 2009.
Extraits :

(...) à 10h samedi, le ministre de la Mobilité Pascal Smet (Sp. a), accompagné du bourgmestre de Bruxelles Freddy Thielemans et de Jean-Sébastien Decaux, directeur général de la société du même nom, inaugureront les toutes premières stations du nouveau réseau de vélos partagés bruxellois.

(...)

A l’heure de sabrer le champagne à la salle Maximilienne de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, le recours introduit au Conseil d’Etat par la société Clearchannel, la Stib et Pro Velo sera toujours pendant, pesant de tout son poids comme une épée de Damoclès sur la tête de tous les convives.

Ce recours en annulation, dans lequel sont intervenues les communes d’Etterbeek et de Schaerbeek, a été introduit pour contester les conditions d’attribution du marché à la société exploitante des Villo : JC Decaux. "Nous avons estimé que cette attribution n’était pas légale, explique le député-bourgmestre d’Etterbeek Vincent De Wolf (MR). Or, pour des raisons électorales, le ministre de la Mobilité fait le forcing pour imposer ses vélos avant la décision du Conseil d’Etat. En résumé, la Région risque à tout moment de se voir imposer de démanteler tout le dispositif, tout en devant payer de très lourdes indemnités à JC Decaux."

Chez Pascal Smet, on ne semble pas craindre outre-mesure l’arrêt du Conseil d’Etat. "Même s’il annulait l’attribution du marché public, la convention contractuelle qui lie la région à JC Decaux continuerait de s’appliquer", indique-t-on au cabinet du ministre. Et de rappeler que la convention en question permet d’offrir un réel service aux bruxellois sans que la Région ait à débourser le moindre euro.

Un argument loin de faire l’unanimité. "Mettre en place un système de vélo partagé à Bruxelles est évidemment une initiative tout à fait louable, explique le secrétaire général d’Inter-environnement Bruxelles (IEB) Mathieu Sonck. Il est toutefois dommage de confier cette mission à un opérateur privé dont l’unique ambition est de placer de la publicité dans l’espace public."

Inter-environnement Bruxelles dénonce également des violations du règlement régional d’urbanisme, ayant relevé, rien que pour le territoire de la Ville de Bruxelles, pas moins de 31 stations en zone interdite à toute publicité. Le 21 avril dernier, la commission de concertation rendait toutefois un avis largement favorable au permis d’urbanisme demandé par la région pour les stations concernées.

En attendant, les abonnements de 30 euros par an sont en vente sur le site internet de Villo. Attention toutefois, les abonnés de la Stib n’auront droit, comme les autres, qu’à la première demi-heure gratuite d’utilisation. Vendredi, on apprenait en effet que, bien que le cahier des charges le prévoyait , aucune négociation n’avait été entamée par JC Decaux auprès de la Stib pour que les abonnés bénéficient de la première heure gratuite au lieu de la première demi-heure.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité