Accueil > Dossiers > RTBF > RTBF : Sévice public : viol au "JT"

RTBF : Sévice public : viol au "JT"

La Libre 6 mai 2009

lundi 11 mai 2009

Sévice public : viol au "JT", La Libre, 06/05/2009. Extraits (Francis Martens, président de l’association des psychologues praticiens de formation psychanalytique) :

Le droit à l’information, en démocratie, est absolument fondamental. On pourrait même dire qu’il est sacré. Le citoyen désireux de s’informer des mœurs du prince Issa bin Zayed al-Nahyan (...) aura donc été cruellement frustré - voire maltraité. En effet, d’autorité, (...) Yahoo et (...) Youtube (propriété de Google) ont finalement décidé de le priver du film tourné, à la demande du prince Issa, pendant la séance de torture extra-judiciaire qu’il infligeait à un marchand ayant égaré une cargaison de grain.

(…)

Heureusement, en Belgique, le Service Public veille à ne pas nous infantiliser. Le téléspectateur n’aura pas été déçu. Le 4 mai, à 19 h 30, au "JT" de la RTBF, à une heure de grande écoute, il aura pu bénéficier d’un spectacle sadien de grande tenue. (…) De la belle information. Et après ça, les enfants : "Hop ! au dodo."

Le marchand, après une hospitalisation, en a miraculeusement réchappé. Pour la RTBF, le pronostic reste réservé... Une journaliste, répondant au téléphone pendant le décours du "JT", explique que le rédacteur en chef n’est pas disponible. Elle conseille d’envoyer un courriel au service de médiation (qui vous répondra). Sur mon insistance (ayant décliné quelques titres), elle prend mon numéro de téléphone. Mais le rédacteur n’appellera pas. Sa collègue me signale que, si on passe de telles séquences, c’est bien sûr pour qu’on sache que c’est mal. Me voilà rassuré. Serait-il possible que, pour l’audimat, ce soit mal aussi de ne pas les passer ?

Imaginez que votre voisine se fasse violer dans le parking de l’immeuble, sous le regard des caméras de surveillance, et que, le lendemain, la séquence passe au "JT" (pour faire comprendre combien c’est mal). Conclurez-vous à un merveilleux effort d’éducation permanente ? Sans parler de l’intrusion dans votre propre intimité. En réalité, sous couleur dissuasive, la projection sauvage de ce genre de séquences (avec une seconde de préavis pour les "âmes sensibles") banalise ce qu’elle feint de dénoncer. Par le truchement d’un tel document, ce qui appartient au domaine du fantasme entre tout à coup dans l’espace du possible. Rien à voir avec la fonction interpellante d’une œuvre d’art. Fascination inquiète plutôt. Obscure jouissance. Anesthésie de la pensée. Porte ouverte au pire.

(…)

Une confusion destructrice entre la mission d’informer et celle de flatter l’annonceur.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité