Accueil > Dossiers > Voitures et transports polluants > La pub, les voitures, Nicolas Hulot, etc.

La pub, les voitures, Nicolas Hulot, etc.

lundi 27 avril 2009

Vous l’avez sûrement entendue cette pub en lice pour le championnat du monde de la bêtise et de la destruction : Volvo y vantait les mérites d’une cage en fer à roulettes abominablement coûteuse et polluante, après une introduction d’une personne se réclamant de la "fondation Nicolas Hulot", l’ami de la Terre, etc.

Si cette nouvelle forfanterie devait avoir une vertu, c’est bien celle de prouver deux choses (ne vous attendez pas à des scoops !) :
- 1. Le lobby publicitaire est incapable de s’autolimiter, et donc de s’autoréguler. Tout y passe, le pire est souvent le coeur, et de la même façon qu’il est illusoire de dresser des procès-verbaux sur le circuit de Francorchamps, il n’est pas raisonnable d’espérer civiliser la pub sans la contraindre dans des formats et des lieux réduits.

- 2. Le "développement durable", façon Nicolas Hulot notamment, est à ce point ambigu qu’il peut être récupéré à toutes les sauces. Rappelons que cette fondation est tout de même soutenue financièrement notamment par EDF (nucléaire) et TF1 (100% pub).

Les conséquences sont limpides :
- 1. Il est d’autant plus nécessaire d’interdire la pub pour les produits nocifs que l’industrie publicitaire ne comprend que la contrainte publique. Les voitures sont un exemple de produit nocif.

- 2. Il est d’autant plus nécessaire de dénoncer l’imposture du prétendu "développement durable", que cette arnaque sémantique et politique complète nous fait perdre un temps précieux, temps qui manque un peu plus chaque jour en matière d’écologie.

La Libre s’est penché sur le pourquoi du comment de cette opération de greenwashing : un imbroglio digne du "développement durable".
Mais que le consommateur se rassure, la pub va reprendre sous une forme arrangée. Vu la campagne actuelle de Volvo qui se prétend respectueuse de l’environnement, une chose est d’ores et déjà certaine : ça ne va pas être joli.

Pour notifier votre humeur à Volvo, vous pouvez utiliser le formulaire accessible ici.
ATTENTION : ne mentionnez pas vos données personnelles exactes, elle seraient utilisées pour nourrir une base de données utilisée à des fins de marketing.

*
* *

Une pub qui tient mal la route, La Libre, 18 avril 2009 :

(...)

Pour vanter les mérites de sa nouvelle gamme de véhicules "verts", Volvo a en effet choisi de faire appel à une figure bien connue du petit écran, à savoir le présentateur Philippe Soreil. Rien d’extraordinaire en soi, ce dernier étant tout à fait libre d’exploiter son image comme il l’entend. Là où les choses prennent une tournure quelque peu singulière, c’est quand en introduction de ce spot publicitaire, la voix "off" présente ce dernier en mettant en avant son rôle de porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot Belgique, semblant donc relayer l’idée que l’association du célèbre écologiste français apporte sa caution à cette campagne. Un label de qualité plus vert que vert.

Le "hic" c’est que la Fondation mère n’apprécie pas du tout cette démarche. "Nous sommes très surpris, car nous n’étions absolument pas au courant de cette publicité", explique sa porte-parole, Manuela Roland. Si l’association organise parfois des campagnes publicitaires avec des entreprises partenaires, c’est toujours dans le cadre du mécénat.

(...)

"La société de production a été avertie", nous avertira-t-il un peu plus tard. "La diffusion du spot sera suspendue ce week-end et remplacée par une nouvelle version à partir de lundi."


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité