Accueil > Dossiers > RTBF > La pub fait la loi sur M6

Extraits :

"Le déclencheur du malaise ? La coupe de huit minutes dans un reportage de Capital diffusé le 5 février (Libération du 7 février) (1). Dans son sujet, le journaliste exposait la thèse d’un ancien joueur, Robert Riblet, qui attaque la Française des jeux en justice pour « tricherie ». Explication : les détaillants reçoivent de la Française des jeux des rouleaux de jeux à gratter qui ne comportent que quelques tickets gagnants et savent, au nombre de gains, que le reste des tickets d’un même rouleau sont tous perdants. Dans le sujet, des buralistes admettent, en caméra cachée, connaître le procédé. Il y était également fait état de l’action judiciaire menée par Riblet ainsi que de la tentative de conciliation proposée par la Française des jeux, à savoir 300 000 euros proposés à Riblet pour, selon lui, qu’il abandonne ses poursuites. Quelques jours avant la diffusion de Capital, le plateau est enregistré : le présentateur Guy Lagache reçoit un responsable de la Française des jeux qui, comme c’est l’habitude de l’émission, doit réagir au reportage. Il réagit très très mal. Quitte le plateau, dit qu’il doit « voir Nicolas ». Résultat : la veille de Capital, sans que son auteur soit mis au courant, le sujet est remonté, un nouveau commentaire est enregistré et huit minutes sont coupées, « les plus embarrassantes pour la Française des jeux », affirme la Société des journalistes (SDJ) de M6.

Lundi dernier, dans un communiqué, la SDJ, appuyée par tous les journalistes de la chaîne, dénonce un « niveau de censure jamais atteint ». Mercredi, au cours d’une réunion avec Jérôme Bureau, directeur de l’information de M6 (2), un journaliste lui dit ses quatre vérités : « Vous n’êtes pas le directeur de l’information de M6, vous êtes le directeur de la régie publicitaire de M6 »... "

"Et ce n’est pas nouveau. En septembre dernier, toujours dans Capital, un reportage sur la Logan était discrètement amputé de quelques secondes où il était question d’une baisse des parts de marché de Renault, « une coupe diplomatique pour ne pas déplaire à Renault », explique un journaliste. "


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité