Accueil > Actualité du monde publicitaire > Electrabel fait du greenwashing

Electrabel fait du greenwashing

Carte blanche de Greenpeace - action des caCHeurs de pub

mardi 25 novembre 2008

"Tout seul, pour plus de bénéfices…", carte blanche de Philippe Cornelis , Greenpeace, Le Soir, jeudi 20 novembre 2008. Extraits :


Presse écrite, télés, radios, Internet, affichage public… Electrabel-Suez-GDF ne lésine pas, depuis quelques semaines, quand il s’agit de nous informer de ses efforts pour un monde plus propre. Une information qu’il est utile de compléter quelque peu.

« Electrabel, premier producteur d’énergie renouvelable en Belgique ? ».

Electrabel est un opérateur monopolistique, détenant plus de 80 % de la production belge d’électricité. Difficile de s’émerveiller, dès lors, devant le fait qu’il soit aussi le premier producteur d’électricité renouvelable. Et à y regarder de plus près, les chiffres sont tout sauf flatteurs : d’après le site Internet de la société elle-même, seuls 1,7 % de l’électricité qu’elle produit en Belgique sont considérés comme « verts ».

En grattant encore, on se rend compte que ce chiffre inclut une écrasante majorité de biomasse brûlée dans des centrales de plus de 30 ans, au rendement exécrable, dont la plupart en co-combustion avec du charbon. Effacez ces centrales périmées du calcul et le pourcentage d’électricité renouvelable produite en Belgique par Electrabel tombe sous les… 0,5 % !

« Ensemble pour moins de CO2 ! » : commencez sans nous…

(...)

L’actuel matraquage publicitaire, doublé – vous l’aurez peut-être remarqué – d’une campagne téléphonique à grande échelle destinée à « ramener au bercail » les clients qui se sont égarés chez d’autres fournisseurs, a un but évident : redorer une image considérablement écornée.

(...)

Voir également le "Compte-rendu de la 5e action des Cacheurs de Pub du 25 octobre 2008 à Bruxelles" (avec photos). Extraits :


Encadré - Parmi les pubs cachées ce jour là :

Les dispositifs publicitaires recouverts sont des panneaux déroulants de 8m2. Parmi les publicités matraquées aux passants ce jour-là, deux sont à épingler tant elles sont illustratives de la pratiques actuelles du “greenwashing” ou éco-blanchiment.

La première est une pub pour le constructeur automobile Skoda, qui prétend que certains de ses véhicules sont écologiques ou respectueux de l’environnement. Il est bon de rappeler qu’une automobile ne peut en aucun cas être "propre" ou écologique, tant sa construction, son utilisation et son élimination nécessitent des ressources naturelles non renouvelables et engendrent une quantité phénoménale de pollutions diverses. Sur cette pub, Skoda affirme en outre que le véhicule qu’elle vend permet de faire des économies de carburant... et que c’est donc bon pour le pouvoir d’achat ! “L’effet rebond” devenu argument de marketing, c’est le bonbon. Dans son irresponsabilité criminelle, Skoda fait passer à tout le monde le message suivant : si vous achetez sa berline polluante, vous pourrez consommer plus d’autres produits puisque la facture d’essence est moins chère que si vous achetiez une voiture qui pollue encore plus ! Cela juste au moment où le WWF publie son rapport “planète vivante 2008” qui indique que nous détruisons la Terre à une vitesse dramatique car nous consommons plus que de raison. CaCHer la pub est décidément un acte de légitime défense absolument nécessaire.

Autre pub qui donne également dans le greenwashing le plus éhonté : Electrabel, racheté par Suez, s’affiche écologiste avec le slogan : “Ensemble pour moins de CO2” et l’image d’enfants en train de démonter le symbole chimique du dioxyde de carbone à coups de marteaux...

La part d’énergie renouvelable dans la production d’Electrabel est de moins de 2%, le plus gros venant du nucléaire (58%). Dans ses pubs, Electrabel oublie de dire qu’elle est une entreprise ultra-polluante qui non seulement fait peu pour le renouvelable mais en plus freine son développement en faisant du lobbying en faveur du nucléaire. Par "inadvertance", l’entreprise néglige aussi de mettre en évidence sur ses affiches publicitaires les tonnes de déchets nucléaires qu’elle laisse en héritage aux générations à venir, pourtant symbolisées ici par une bande de bambins sous les pieds desquels Electrabel enfouit donc des déchets mortels.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité