Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > Le conflit de générations a de beaux jours devant lui

Le conflit de générations a de beaux jours devant lui

dimanche 14 décembre 2008

L’humanité est en train de détruire la planète, son hôte sans laquelle elle ne peut rien. Le Sud et les plus pauvres du monde payent aujourd’hui déjà extrêmement cher et souvent de leur vie la facture de la surconsommation des pays industrialisés, qui s’en préoccupent de façon inversement proportionnelle à leur niveau de confort.

Au fur et à mesure que la dévastation se poursuit, apparaît de façon toujours plus évidente un enjeu nouveau qui découle directement de ce "laisser-faire" : la génération qui arrive - déjà assurée de devoir évoluer dans une situation plus dure que celle de la génération précédente - va être confrontée à des problèmes nombreux et très graves, au premier rang desquels figurent la double crise énergétique et climatique et sa suite infinie de conséquences catastrophiques.

La génération actuellement au pouvoir (au pouvoir politique, au pouvoir économique, au pouvoir médiatique ou au pouvoir d’achat) s’active à miner la Terre de ses enfants. La classe dirigeante semble mépriser si profondément les populations déshéritées et sa propre descendance qu’elle redouble de zèle pour renforcer et toujours accélérer le système actuel qui condamne la Terre, et par conséquent condamne les générations qui arrivent.

Les batailles observées en Grèce qui opposent "la génération à 600 euros" à un pouvoir complètement sclérosé témoignent d’une fracture générationnelle qui s’étend et qui est déjà visible ailleurs en Europe, notamment en Espagne et en Italie.

Comme le souligne James Hansen à propos de la crise climatique dans le court extrait vidéo que nous reproduisons ci-dessous, les jeunes doivent se saisir des problèmes colossaux que leur laisse en héritage la génération au pouvoir, car celle-là est davantage occupée à conserver son pouvoir, quel qu’en soit le prix pour ses enfants, que de s’autolimiter pour partager l’avenir avec eux.

Le conflit générationnel a de beaux jours devant lui. Gardons-nous toutefois de jeter les papys et mamies avec l’eau du bain en mettant tout le monde dans le même sac. Chaque génération compte en effet ses résistants, qui ont parfois agi ou n’ont eu de cesse de s’opposer à la déshumanisation du monde.

Suivons leurs sages conseils, car les enjeux sont tels qu’il n’est plus du tout raisonnable d’attendre que l’impotente génération au pouvoir prenne ses responsabilités.

Ci-après 3 vidéos :
- 1. une interpellation de James Hansen, climatologue (en anglais)
- 2. la bande-annonce du film "Nos enfants nous accuseront" (en français)
- 3. un clip de l’ONG Greenpeace (en anglais)

*
* *

- 1. James Hansen directeur du Goddard Institute for Space Studies (GISS) - un laboratoire de la NASA - et climatologue pionnier dans la compréhension du changement climatique, s’engage personnellement dans la déclaration vidéo que vous trouverez ci-dessous
(EN).

Son propos est limpide. Soulignant que les politiques sont pour l’instant plus influencés par les lobbies pétroliers que par le sort de leurs enfants, James Hansen déclare à l’attention des jeunes : "You really have to get involved in the problem, otherwise I’m afraid there is not going to be a near-term solution".

*
* *

- 2. Le film de Jean-Paul Jaud "Nos enfants nous accuseront", bientôt sur les écrans en Belgique ?
(FR)


nos_enfants_nous_accuseront
envoyé par beloutte

*
* *

- 3. Et en forme de synthèse sur le thème de la fracture toujours plus béante entre la génération au pouvoir et la suivante, une vidéo de Greenpeace :
(EN)


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité