Accueil > Dossiers > Affichage urbain et publicité extérieure > La Fédération Internationale de l’Automobile souligne que la pub gêne les (...)

La Fédération Internationale de l’Automobile souligne que la pub gêne les conducteurs

lundi 17 novembre 2008

C’est la Fédération Internationale de l’Automobile qui l’affirme : les dispositifs publicitaires à proximité des routes entrent en compétition avec la signalisation routière, empêchent les conducteurs de réagir à temps, brouille l’information qu’ils reçoivent, etc.
Sans que la FIA aille jusque là - elle serait alors incitée à tirer les conséquences de l’étude qu’elle a réalisée - on peut logiquement en conclure que les dispositifs publicitaires à proximité des signaux routiers posent des problèmes de sécurité à la fois aux conducteurs et aux usagers des voiries en général.

Pub + route = danger²

La pub étant spécialement conçue pour capter votre attention, il n’est pas étonnant qu’elle affecte le comportement des conducteurs.
Les afficheurs publicitaire font d’ailleurs de leur impact sur les consommateurs automobilistes un argument de vente de leurs espaces pub. Le conducteur est en effet un consommateur qui présente un avantage certain : lorsqu’il roule, il reste sur la route c’est-à-dire une trajectoire précise et dirige son regard dans la direction qu’il suit, ce qui permet aux afficheurs de disposer leurs panneaux avec une efficacité maximale. "L’impact cible", pour reprendre le doux vocable marketing qui a une consonance étrangement appropriée à la situation, est plus facile à obtenir. Il y a mieux : comme il y a trop de voitures - la pub y est pour beaucoup - il y a beaucoup d’embouteillages... et les conducteurs consommateurs quasi immobilisés sont à disposition des publicitaires qui leur imposent de grandes affiches en bord de route, juste dans les mirettes.

La pub adore les consommateurs conducteurs

Ainsi peut-on lire sur le site Internet de JCDECAUX (ne ratez pas les images explicites) :

"5.000.000 !

de véhicules particuliers à fin août 2007. Pour la première fois de l’histoire, ce cap symbolique a été franchi.

Toujours plus de voitures sur nos routes, c’est toujours plus d’audience pour la communication extérieure et, logiquement, plus de files laissant plus de temps aux conducteurs et à leurs passagers de lire les messages publicitaires."

(Lire ici)

"Prenez 1 km de route et comptez combien de véhicules y passent par an... vous arrivez à plus de... 90 milliards de véhicules-km !"

(Lire ici)

Les afficheurs publicitaires comme JC Decaux raffolent des voitures : ils les vendent en en faisant la promotion dans leurs dispositifs qu’ils imposent à tous, ce qui leur rapporte des centaines de millions d’euros par an. Lorsqu’ils ont vendu ces voitures, ils s’en servent comme d’un argument de vente pour vendre plus de pub aux consommateurs bloqués dans ces mêmes voitures. Ils leur vendent d’ailleurs beaucoup de voitures, car si les consommateurs conducteurs en ont déjà une, ils pourraient en avoir une plus grosse, ou une deuxième, etc.

Cette boucle bouclée, c’est ce que JC Decaux, les constructeurs automobiles et le gouvernement appellent de leur vœux car elle est la logique de "la croissance", condition sine qua non du progrès, comme cela saute aux yeux.

Le progrès, ça n’est pas tout à fait sur ; ce qui l’est en revanche, c’est que cette croissance débouche sur la récession économique, comme on le voit maintenant. Parmi les premières entreprises touchées, les constructeurs automobiles : elles vendent des produits très chers (les voitures), qui coûtent très cher à faire fonctionner (le pétrole) et qui coûtent très cher à l’Etat (pour la croissance et le développement durable). Bref, les temps sont durs pour les constructeurs automobiles, mais ça ne les empêche toujours pas de faire de la pub pour leurs produits nocifs, notamment au bord des routes.

Enlever la pub en bord de route

Revenons-en à l’étude de la Fédération Internationale de l’Automobile qui, à défaut de décourager la vente de ce type de véhicule ultra-polluant, nocif pour la santé humaine, responsable d’une véritable hécatombe de la route, accélérateur du choc pétrolier et mode de transport sans avenir, souligne que la pub en bord de route entre en compétition avec la signalisation routière et constitue à ce titre un problème.

Soyons constructif en proposant une mesure de simple bon sens, propre à régler ce problème de signalisation routière et engager le cercle vertueux d’une meilleure mobilité, d’une diminution du nombre de tués sur les routes (3 par jour en Belgique) et de la limitation de la pollution visuelle : interdire les panneaux publicitaires à proximité des routes.

Voilà une mesure supplémentaire à considérer comme une étape utile sur le chemin de la nécessaire interdiction de la publicité commerciale dans l’espace public, et plus généralement de toute publicité commerciale non-sollicitée.

*
* *

Dans la presse :

"Trop de panneaux : les automobilistes ne s’y retrouvent plus ", La Libre, 28 octobre 2008 :


Le sondage a été réalisé cet été auprès de 16 000 automobilistes européens, par l’association EuroTest qui rassemble des fédérations automobiles de plusieurs pays de l’Union européenne (UE), dont le Touring Club en Belgique.

« Les conducteurs sont convaincus des causes de confusion et de distraction », affirme EuroTest dans un communiqué. « Les affiches publicitaires entrent en compétition avec les panneaux de signalisation. Les signaux routiers en Europe sont surchargés d’informations que les conducteurs n’ont pas le temps de comprendre tant ils doivent prendre des décisions rapidement ».

"Europe’s roads are still over cluttered with road signs : causing confusion among drivers", Fédération Internationale de l’Automobile, 28 octobre 2008 :


Drivers were clear in their views about the causes of confusion and distraction : billboards compete with the road signs for drivers’ attention ; (...)

En 2005 déjà :

"European Motorists Want harmonised Road Signs", Eurotest, 22 mars 2005 :


Regrettably, the EuroTest findings reveal road signs often do not perform as intended due to various reasons. Good signposting should promote smooth traffic flows, help to counter traffic congestion, have a favourable effect on road traffic safety and comfort of drivers. However our survey revealed failings such as signs being obscured or rendered invisible due to the presence of large billboards or foliage, clusters of signs giving too much information impossible to be assimilated in a short time and signs being placed too close to the target, not giving the driver enough time to react.

"Internet Survey : Road signs are often inconsistent ", Eurotest 2005 :


In almost all European countries drivers complain about road signs which are no longer noticed due to their placement in the immediate vicinity of large billboards.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité