Accueil > Nouvelles > Marc Moulin est décédé

Marc Moulin est décédé

jeudi 2 octobre 2008

Musicien, auteur, compositeur, journaliste, critique, penseur, créateur prolifique et talentueux, Marc Moulin est décédé.

Sans l’avoir connu personnellement, nous l’avons découvert au travers de sa musique mais aussi de ses écrits, comme auteur de La Surenchère – l’Horreur médiatique (Labor 1997) notamment, et chroniqueur d’Humœurs décapantes à Télémoustique.

C’est dans ses chroniques notamment que, pourfendeur de la stupidité ambiante, il dézinguait régulièrement l’idéologie publicitaire et ses multiples pubtréfactions.

Marc Moulin avait dernièrement pris des positions très claires et très fermes contre la pub à la RTBF. Il jugeait que la propagande commerciale était tout simplement incompatible avec l’esprit et les missions de service public et l’écrivait dans des chroniques caustiques qui condensaient génialement l’analyse, l’humour et l’engagement.

Que l’on ne trouve pas trace dans les médias de cette préoccupation de Marc Moulin rend sa disparition d’autant plus prématurée : la stupidité règne encore en maître en ce monde et dans les médias staracadémisés jusqu’à la moelle.

Son départ est une grande perte, aussi pour ceux qui n’acceptent pas le débile délabrement du monde que vend la pub.

*
* *

Le nouvel iPod est sorti, et c’est génial. Tu peux y mettre tes 40.000 chansons préférées. C’est dingue, j’ai calculé qu’avec 8 heures de sommeil par jour, tu pourrais te les réécouter toutes en seulement six mois. Tu mets ça en boucle, et tu es parti pour entendre chacune de tes 40.000 chansons préférées entièrement deux fois par an.

Pour les 160.000 autres chansons que tu gardes, celles que tu aimes un peu moins que tes 40.000 chansons préférées, tu n’as qu’à les stocker sur quatre autres iPod que tu ne dois réécouter que de temps en temps (parenthèse : j’adore quand on me tutoie dans la pub, c’est comme si on feignait de croire aux efforts désespérés que je fais pour avoir l’air deux mois plus jeune ; c’est comme quand on m’appelle « Madame » et qu’on me parle de mes protections périodiques, je me dis que je dois être un fameux travesti pour qu’un type aussi intelligent qu’un publicitaire ait pu confondre).

Extrait d’une chronique de Marc Moulin : « Ton iPod c’est ton copain », parue dans Télémoustique.

Lire aussi quelques autres extraits de ses chroniques compilés ici.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité