Accueil > Nouvelles > « Au tribunal, les antipub font leur réclame »

-= Voir en ligne : « Au tribunal, les antipub font leur réclame » =-

« Au tribunal, les antipub font leur réclame »

Rue89 - 6 septembre 2008

mercredi 8 octobre 2008

Les actions du collectif des Déboulonneurs (France) connaissent un retentissement croissant, notamment dans les tribunaux, qui constituent une chambre d’écho stratégiquement utilisée par ces acteurs de la désobéissance civile non-violente.
Un mouvement de ce type existe en Belgique depuis quelques mois : le collectif des Cacheurs de pub. Affaires à suivre !

Extraits de l’article « Au tribunal, les antipub font leur réclame » de Rue89.com, le 6 septembre 2008 :


En quatre ans d’existence, c’est le neuvième procès du collectif des « déboulonneurs ». Où le tribunal correctionnel de Paris se transforme en tribune, monopolisée par des militants antipub se réclamant de la désobéissance civile. Et contrairement aux autres prévenus qui comparaissaient vendredi, les trois « déboulonneurs » semblaient plutôt contents d’être là.

Lorsque le procureur de la République a proposé de limiter les poursuites à un simple rappel à la loi, ils ont insisté pour passer en procès. L’audience publique devant la 13e chambre du Tribunal correctionnel de Paris est donc « l’aboutissement de leur action », comme l’explique Nicolas Hervé, qui est présent aujourd’hui à titre de témoin, mais qui a déjà participé à plusieurs « barbouillages » militants.

Raphaël Jolly, informaticien, Valéry Mougel, paysan maraîcher, et Antoine Trouillard, étudiant, sont poursuivis pour dégradation volontaire du bien d’autrui en réunion, commise le 23 décembre 2006 à Paris. Comme souvent, le « barbouillage » de panneaux publicitaires a été rigoureusement organisé, et relayé par les médias (Voir le reportage de France 3 Ile de France).

(...)

Le procureur rafraîchit l’ambiance en requérant de trois cents à cinq cents euros d’amende par personne. Il s’interroge :

« Est-ce vraiment au ministère public de donner son avis sur la place de la publicité dans la société ? Est-ce vraiment le lieu pour en débattre ? Je ne crois pas. »

« Au contraire, vous avez votre mot de juriste à dire dans ce débat », invoque maître François Roux, avocat spécialiste de la désobéissance civile. Alors que les procès précédents des déboulonneurs se sont tous soldés par des amendes symboliques, Me Roux veut aujourd’hui obtenir la relaxe. Il plaide donc l’état de nécessité, arguant du fait que la population est mise en danger -sanitaire, psychologique, social- par la publicité.

(...)

Jugement le 17 octobre prochain.

Lire l’entièreté de l’article : « Au tribunal, les antipub font leur réclame », Rue89 - 6 septembre 2008.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité