Accueil > Documents > Effets de la publicité > « La Belgique, terre d’accueil des alcooliers » - Le Soir, 29 juillet (...)

-= Voir en ligne : « La Belgique, terre d’accueil des alcooliers » (Le Soir) =-

« La Belgique, terre d’accueil des alcooliers » - Le Soir, 29 juillet 2008

Carte blanche par Raymond Gueibe

mardi 28 octobre 2008

Raymond Gueibe, psychiatre et alcoologue, a publié, dans Le Soir du 29 juillet 2008, une intéressante carte blanche au sujet des mesures prises par les ministres de la santé pour lutter contre la consommation problématique d’alcool. Il y parle notamment de la publicité et du JEP (Jury d’Éthique publicitaire).

En voici quelques extraits.


Le 18 juin, les ministres ayant la Santé publique dans leurs attributions publiaient un communiqué commun, et nous informaient ainsi de la future politique qu’ils comptaient mener en matière d’alcool. « La mise en place d’une politique intégrée, efficace et coordonnée en matière de lutte contre la consommation problématique d’alcool en Belgique est donc primordiale », nous annoncent-ils en guise d’introduction. (…)

Suivent alors les mesures… enfin, plutôt des recommandations ! Alors là, Mesdames, Messieurs les Ministres, je vous renvoie à vos papiers avec la mention « ajourné » dans votre bulletin !

(...)

Suivent alors les mesures relatives à la législation, qui « manque cruellement de clarté », nous disent nos ministres dans un élan de sincérité ! On simplifie donc et on interdit toute vente d’alcool aux moins de 16 ans ! Mesdames Messieurs les Ministres, asseyons-nous un instant, enfin, que je puisse une fois encore vous expliquer ce que d’autres vous ont déjà dit, que pareille politique prohibitionniste aurait en réalité un effet incitatif, que le fruit défendu est plus excitant que celui qui est permis, et que nos enfants de moins de 16 ans ne sont pas des débiles mentaux qui vont accepter vos décisions en vous remerciant de les avoir prises ! Nos gamins et gamines auront tôt fait de s’organiser pour se procurer cet alcool qui leur est vanté par la publicité. Nos gamins veulent être « des hommes qui savent pourquoi », et nos filles pensent qu’elles seront tellement séduisantes lorsqu’elles auront un verre d’alcool dans les mains. Et passer une soirée entre copains sans alcool, cela fait moche et ringard… Georges Clooney l’a appris à ses dépens ! Car c’est notre culture qu’il convient de modifier, c’est notre rapport à l’alcool qu’il convient d’analyser. Il faut admettre que nos jeunes sont manipulés par la publicité et il vous faudra avoir le courage d’interdire cette publicité comme c’est le cas en France. Et quelle mesure proposez-vous pour contrer ces manipulateurs ?

Voici ce qui est proposé. Au départ, la réflexion est très pertinente ! Jugez-en ! « Les stratégies marketing et publicitaires en faveur de l’alcool doivent être limitées autant que possible sur le plan quantitatif. De préférence, on doit les interdire lorsqu’elles s’adressent à certains groupes cibles, tels que les jeunes (mineurs). Les stratégies marketing et publicitaires en faveur de l’alcool peuvent uniquement fournir des informations sur le produit et diffuser des messages et des images renvoyant exclusivement à l’origine, à la composition, aux procédés de fabrication du produit. »

Et que proposent alors nos ministres que l’on dit être compétents pour la Santé… Ils confirment que l’on continuera à voir nos mêmes publicités sur nos écrans de télévisions et dans les cinémas, puisqu’ils recommandent « d’institutionnaliser la convention signée en matière de publicité entre le secteur, les consommateurs et le ministre de la Santé publique en 2005, et qui confie au Jury d’éthique publicitaire le soin de contrôler le respect de l’application de cette convention. » C’est déjà ce jury qui contrôle (!) nos actuelles publicités, il ne risque pas d’y avoir beaucoup de changements sur nos écrans…

Le Jury d’éthique publicitaire… ! Puis-je demander que l’on supprime la référence à l’éthique dans le fonctionnement de ce jury ? L’éthique, c’est dans notre pratique de soin ce dilemme particulier lorsqu’il nous faut choisir entre deux maux, celui du moindre mal, et ce afin d’être au plus près du respect du patient. Parler d’éthique dans la publicité, c’est galvauder ce concept, c’est faire insulte aux soignants. La publicité ne peut pas être éthique ! La publicité est et restera une manipulation de l’autre, ce que s’interdit formellement l’éthique. Faire référence à l’éthique dans ce jury de publicité, c’est jeter de la poudre aux yeux, c’est vouloir donner des lettres de noblesse à quelque chose qui est uniquement manipulation ! C’est une tromperie vulgaire.

Non seulement la publicité continuera à cibler nos jeunes, mais l’alcool sera encore et toujours présent dans les activités sportives qu’il sponsorisera ! La Belgique, pays du surréalisme, où le sport (et donc la santé !) est sponsorisé par les alcooliers…

(...)

Lire l’entièreté de l’article : « La Belgique, terre d’accueil des alcooliers », Le Soir, 29 juillet 2008.

Rappelons quand même que le JEP n’est pas, comme on le croit souvent, un organe étatique. Il émane du Conseil de la Publicité et est donc un outil du lobby de la pub. Pas étonnant qu’il n’ait aucune efficacité. Et le voir ainsi « sanctifié » par les ministre de la santé est tout bonnement scandaleux.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité