Accueil > Nouvelles > Collectif Cacheurs de pub : Compte-rendu presse de l’action du 24 mai (...)

Collectif Cacheurs de pub : Compte-rendu presse de l’action du 24 mai 2008

mercredi 11 juin 2008

Compte-rendu presse de l’action du 24 mai 2008

Collectif Cacheurs de pub

Le Collectif Cacheurs de pub a posé un acte de désobéissance civile non-violent, festif et symbolique en réalisant une première action publique le samedi 24 mai dans les Marolles. Pour réduire la pression
publicitaire dans l’espace public et redonner droit à l’expression citoyenne, le Collectif a emballé quelques panneaux d’affichages sur la place de la Chapelle.

Face à l’invasion publicitaire et à la passivité des pouvoir publics, nous bougeons : nous cachons la pub. La publicité commerciale (message dont le but final est de vendre un produit, un service ou une marque) sert des intérêts privés, a recours à des techniques de manipulation avancée, impose ses messages à tous et tout le temps. La « pub » s’insinue partout : dans la rue, sur les bus, à la télé, à la radio, au cinéma, sur votre table au restaurant, sur vos vêtements, dans les journaux, sur Internet, dans les jeux vidéos, etc. En Belgique, on
estime que chaque personne est impactée jusqu’à 15.000 fois par jour par des messages commerciaux, qui matraquent sans relâche l’idéologie du « bonheur par la consommation ».

Extraits du Manifeste du Collectif Cacheurs de pub :

- Nous demandons la diminution immédiate de la quantité de publicité commerciale non-sollicitée dans l’espace public et la suppression de toute publicité commerciale dont la surface excéderait la surface
d’affichage attribuée à l’expression citoyenne.
[Un partage « 50/50 » de l’espace d’affichage est proposé en détails dans le Manifeste.]
- Face à l’irresponsabilité du secteur publicitaire et des pouvoirs publics [...], nous n’avons d’autre solution que de passer à l’action dans la rue pour faire entendre notre point de vue et faire en sorte que
soit mis un terme à la prolifération de la propagande commerciale imposée à tous dans l’espace public.

- Notre action s’inscrit dans le long terme. Nous la mènerons avec tous ceux qui le souhaitent, jusqu’à obtenir satisfaction de nos revendications légitimes [...].

*

* *

Un samedi ensoleillé à onze heures, sur le Mont des Arts. Un petit groupe d’une douzaine de personnes s’installe pour un briefing. Il précède une première action publique de désobéissance civile qui consiste à recouvrir et cacher des panneaux publicitaires. Les activistes du Collectif Cacheurs de pub revoient les détails de l’action en attendant les spectateurs (invités, concernés et curieux). L’information a été diffusée par e-mail, sur un site web et sur certains forums de discussions deux ou trois jours plus tôt.

Deux membres du Collectif se joignent encore au groupe et s’empressent de signer l’engagement de solidarité mutuelle dans le cadre d’une action non-violente et de coiffer un chapeau de reconnaissance qui les identifie. Tous arborent un badge reprenant
leur fonction et un sourire de circonstance. Il ne s’agira pas d’une action « en sombre » : les militants entendent désobéir dans le calme et en toute transparence pour servir le message qu’ils portent. La publicité a envahi l’espace public, elle nous est imposée. Nous la refusons c’est pourquoi nous allons cacher les pubs. Puisque les pouvoirs publics restent frileux, ne prennent pas les mesures et réglementations nécessaires à nous protéger de cet envahissement, nous agissons. Le ton et l’humeur sont donnés. Pas de grande colère, mais bien un groupe de citoyens venu faire entendre sa voix à travers une action symbolique. Au moment du briefing donné par le « Maître de Cérémonie », une douzaine de sympathisants avaient rejoint le groupe, avec enfants, poussettes et décontraction. Au moment de se rendre place de la Chapelle, ils sont près de vingt-cinq.

Sur place, l’emballage débute. Un premier panneau sur le carrefour en face de la friterie (qui sert les touristes en masse) est recouvert d’un drap blanc. Les passants assistent à la scène sans trop s’en étonner. Le groupe est joyeux, un joueur de banjo anime l’action d’une ambiance celtique. La police est absente, les émissaires des diffuseurs aussi.

Un second panneau publicitaire y passe. Une partie du groupe distribue des tracts aux passants et explique la démarche. La réception est franchement bonne chez les Bruxellois, relativement indifférente du côté des touristes (largement représentés dans le quartier ce matin-là).
Nombre de personnes présentes se disent solidaires de l’action ou au moins tout à fait d’accord avec le fait que la publicité prend trop de place dans les rues de la ville. Un peu plus bas, sur le perron de l’église, on compte les personnalités qui défilent pour l’enterrement du regretté Jef
Bodard. L’action s’interrompt d’ailleurs un moment, le temps de laisser le corbillard passer devant le groupe qui se découvre. La police, présente en nombre à trente mètres pour l’occasion, ne s’intéresse pas encore aux panneaux publicitaires recouverts de blanc ou à la quinzaine de
chapeaux colorés qui s’activent tout autour.
Pas de présence non plus d’un représentant des principaux diffuseurs (Clear Channel et JC Decaux), d’ailleurs. Tout se passe donc dans
le calme, en musique.
En plus des habitants, des touristes et des chineurs, le
groupe d’activistes discutera avec Benoît Poelvoorde et
Julos Beaucarne. "C’est une crasse, toutes ces pubs en ville, je suis bien d’accord avec vous !", s’exclame le premier après s’être étonné du drap blanc. Discussion plus longue et soutenue avec le second qui approuve l’action et déplore l’invasion publicitaire.

Une équipe de Télé-Bruxelles réalise rapidement une interview devant un panneau recouvert.
Celle de RTL-TVi, présente sur place pour l’enterrement, reçoit le Communiqué de Presse mais ne fera pas trente mètres pour tenter de comprendre ce qui se passe.

Alors que le Collectif Cacheurs de pubs a déjà recouvert son dernier panneau et tarde un peu à clôturer l’action, profitant de l’occasion pour discuter avec les passants autour des tracts, deux agents de la police de Bruxelles-Ville traversent la rue Haute et s’attardent devant une publicité recouverte dans un abribus. Ils observent, intéressés, étonnés, amusés... et puis s’éloignent sans toucher à la « réalisation » du Collectif. Le message restera. Tout cela se passe fort bien, donc. Quelques heures plus tard dans l’après-midi, les panneaux recouverts l’étaient toujours, certains draps avaient même reçu le soutien écrit de
passants anonymes.
Dans moins d’un mois, le Collectif Cacheurs de pubs recommencera en plein centre-ville.


Les médias sont invités à rendre compte de l’existence du Collectif Cacheurs de pub , de ses actions et objectifs. Nous les convions aussi à se rendre sur place pour couvrir la prochaine action d’emballage qui
aura lieu dans le centre-ville de Bruxelles le samedi 21 juin de 11h à 13h. Le lieu précis sera communiqué à la presse deux jours avant l’action.
- Plus de photos libres d’utilisation sont disponibles sur demande et (bientôt) sur le site www.cacheursdepub.be
- Une courte vidéo a aussi été réalisée et sera disponible sur le site avant la prochaine action
- Contrairement aux marques commerciales qui enregistrent toutes leurs productions et images, nos logos, photos, vidéos et illustrations sont bien entendu « copyleft »
- Le Manifeste du Collectif Cacheurs de pub sera envoyé à la presse avec l’annonce de la prochaine action (deux jours avant le 21 juin)


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité