Accueil > Dossiers > RTBF > PS : dans le réel, l’inverse du discours.

PS : dans le réel, l’inverse du discours.

Le discours du 1er mai 2008 d’Elio Di Rupo confronté à la politique de son parti pour ce qui concerne la RTBF

lundi 5 mai 2008

Discours d’Elio Di Rupo, 1er mai 2008, "la solidarité, on y gagne tous !"

A ceux qui disent que les entreprises publiques, les services d’intérêt général, c’est dépassé et qu’il faut tout libéraliser.

A ceux qui veulent tout déréguler au profit de l’autorégulation des entreprises.

Je leur dis clairement que le PS continuera à défendre l’intervention de
l’Etat dans l’économie comme acteur et comme régulateur.

Le PS redit clairement qu’il continuera à se battre pour une autre économie que l’économie libérale qui ne valorise que ce qui est marchand. (p.3)

(...)

Lors de la "renégociation" du contrat de gestion de la RTBF pour les années 2007-2012, le PS a anticipé la position de l’ultra-libérale Commission européenne (directive européenne "SMA" - ex-directive "Télévision sans frontières", voir : Télévision Sans Frontières : quelle télévision pour quelle Europe ?) et autorisé plus de publicité commerciale et de nouveaux formats publicitaires plus intrusifs à la RTBF, service public audiovisuel et principal outil culturel de la Communauté française (voir : La Communauté française renforce la publicité commerciale à la radio-télévision publique - Lancement d’une plate forme associative.).

Le PS a également plaidé pour la suppression complète du plafond de recettes publicitaires (la part maximale de recettes publicitaires que Reyers peut capter en vendant des écrans de publicité) à la RTBF. Sous la pression, il est revenu sur cette proposition et a levé le plafond publicitaire, le faisant passer de 25% à 30% du budget de Reyers.

La publicité commerciale est au service des intérêts privés des grandes entreprises qui la payent. Son développement sur le service public est l’œuvre du PS, qui a autorisé l’apparition de la publicité non-commerciale à la RTBF en 1984, étant pleinement conscient qu’il s’agissait là du premier pas menant à l’ouverture des ondes publiques à la publicité commerciale (voir RTBF : Lettre ouverte à M. Di Rupo.).
Lors de la "renégociation" du contrat de gestion en 2006-2007, le PS, aux commandes à la Communauté française et disposant d’une majorité absolue dans le Conseil d’administration de la RTBF, renforce encore l’emprise des entreprises privées sur le service public et continue de le transformer en support - financé à 75% par le contribuable - de la propagande commerciale.

En matière de régulation de l’industrie publicitaire, le PS ne fait absolument rien et se défausse de ses responsabilités en orientant les consommateurs harcelés par la publicité souvent mensongère vers le Jury d’Ethique Publicitaire (JEP - Juge Et Partie), qui est une émanation du lobby publicitaire et un organe anti-démocratique d’auto-(dé)régulation. (voir Le JEP et les tics publicitaires).

Le PS n’a jamais réalisé d’étude sur la possibilité de financer la RTBF sans propagande commerciale marchande, malgré la demande répétée d’un nombre croissant de personnes et d’associations. Le PS bloque toute avancée sur ce sujet et répète sans jamais pouvoir le justifier que la RTBF a besoin de publicité commerciale pour vivre.
Ce faisant, le PS renforce doublement l’économie libérale et marchande qu’il prétend combattre : 1) en donnant toujours plus de pouvoir à la logique marchande dans ce service public qui doit être au service du public et non d’intérêts privés, 2) en renforçant la propagande commerciale à laquelle sont confrontés tous les auditeurs et téléspectateurs, notamment ceux de la RTBF, et en empêchant de facto qu’ils disposent d’un service public libéré de l’emprise publicitaire.

Le PS est l’allié objectif de la propagande publicitaire et lui déroule un tapis rouge jusque dans le service public RTBF.

Je le dis clairement, le PS d’aujourd’hui, c’est l’avant-garde.

Celle qui combat les destructeurs de solidarité. L’avant-garde qui combat ceux qui veulent revenir à la loi de la jungle, qui veulent appauvrir sous couvert de libéralisme. L’avant-garde qui combat ceux qui démantèlent les services publics et appauvrissent l’Etat. (p.9)

(...)

La publicité commerciale promeut largement l’égoïsme forcené ("devenez indécemment riche") et moque fréquemment les valeurs de la solidarité en dénigrant tout ce qui la compose. Elle est une incessante incitation au conformisme et à l’individualisme consumériste.
La publicité commerciale impose ces messages à tous, tout le temps. Elle est une arme de destruction massive de la solidarité. Le PS favorise son développement dans le principal outil culturel de la communauté française.

"Le PS d’aujourd’hui, c’est l’avant-garde" de l’intrusion de la propagande commerciale dans le service public.

Vous l’avez compris, je veux renforcer nos systèmes de solidarité
collectifs.

Il nous faut consolider les systèmes de solidarité construits par la loi.
Parallèlement, nous devons faire soutenir aussi les solidarités « spontanées », le monde associatif. Nous devons soutenir les hommes et les femmes qui s’engagent à l’échelle de leur quartier, de leur ville, de leur région, de leur pays ou du monde pour faire triompher d’autres intérêts que ceux de la maximisation du profit.

A ces citoyens engagés pour une société plus juste nous disons aujourd’hui : les socialistes sont à vos côtés, le PS est votre allié, partout, toujours.

Vous l’avez compris, les socialistes d’aujourd’hui veulent donner une place nouvelle à la fraternité, aux liens sociaux, à la solidarité.

Dans le combat pour une société plus juste, il n’y a pas de petites actions. Il n’y aura pas de grand soir.

L’autre monde auquel nous aspirons résultera de l’action des millions de femmes et d’hommes qui s’engageront au quotidien.

Des femmes et des hommes qui accepteront de changer leur comportement de consommateur, qui se battront dans une association pour le droit des sans-papiers ou pour la sauvegarde de la planète, qui s’engageront dans un syndicat. (p.10)

(...)

Nous pensons, comme des milliers de personnes, que le développement de la publicité commerciale dans l’espace public est une calamité, un danger culturel, social et environnemental. L’objectif des entreprises qui imposent à tous leur publicité commerciale est de maximiser leurs profits, au détriment de (presque ?) tout le reste.

Nous nous engageons contre cela, et notamment contre le développement de la publicité commerciale à la RTBF. En cette matière, le PS n’est pas notre "allié". Il est, par la force des choses, le principal opposant de tous ceux qui s’engagent pour défendre ce service public et la diminution de la propagande antisolidaire qu’est la publicité commerciale.
Nous le déplorons et le regrettons vivement.

En renforçant la publicité commerciale dans le service public audiovisuel de la Communauté française, le PS détruit le service public, aggrave la matraquage publicitaire que subissent déjà tous les citoyens, renforce la confusion entre information et propagande, se met ostensiblement du côté de la promotion de modes de vie surconsuméristes irréalistes, destructeurs et violents.

Mes chers Camarades,

Voici 40 ans, le mois de mai a changé l’Histoire.

Jusque là, la société conservatrice refusait d’entendre le désir d’un autre monde porté par la jeunesse.

Un monde plus juste, plus égalitaire, plus fraternel.

C’est donc aux jeunes que je veux m’adresser en terminant.

Vous, les jeunes. Dites sans complexe que la spéculation financière est plus morbide que jamais.

Dites clairement : « Stop ! »

La vie est un aller simple.

Dites avec nous que nous ne voulons pas de la société de la méfiance et de la violence. Dites que nous voulons un monde de partage et de fraternité. Un monde où chacun aura davantage la possibilité de vivre heureux. (p.11)

(...)

L’esprit de mai 68 n’est pas un slogan publicitaire car il n’a rien à vendre, ni un slogan de parti politique car il n’a rien à perdre. Il y a 40 ans, on lisait aussi sur les murs :

À bas la société de consommation.

À bas la société spectaculaire-marchande.

Céder un peu c’est capituler beaucoup

Consommez plus, vous vivrez moins

Le PS encadre le développement publicitaire, y compris sur le service public, expression du bien commun. La publicité commerciale est symbole et moteur de la société de consommation.

Le PS fait beaucoup, beaucoup, de spectacle, même à Charleroi.

Le PS est à genoux devant le lobby publicitaire.

Le PS défend de toutes ses forces le pouvoir d’achat.

Mes chers Camarades,

Le PS vit dans le réel, le cœur du PS bat au rythme du cœur des citoyens.

Le PS est dans la vie de celles et ceux qui chaque matin se demandent de quoi la journée sera faite.

Ensemble bousculons les conservateurs ! (p.12)

Le PS a depuis longtemps rejoint la logique néolibérale et n’a le courage ni de le reconnaître, ni de revenir sur cette erreur historique. Comme partout en Europe les conséquences de cet aveuglement particratique sont payées par les personnes, en particulier les moins favorisées.

Aujourd’hui en Communauté française, le MR annonce vouloir ouvrir une réflexion sur les possibilités de financer la RTBF sans pub.

Le PS conserve ses positions pro-publicitaires passéistes, et refuse toute réflexion sur les possibilités de sortir Reyers du piège publicitaire dans lequel il l’a poussé. A ceux qui revendiquent un service public digne de ce nom, solidaire, créatif, de grande qualité, ouvert, dotée d’une identité forte et ancrée localement, un service public responsable, le PS répond par le mépris.
Toute revalorisation de la redevance, même minime, serait une idée de "bo-bo". Le PS préfère le prélèvement caché, nocif et antisocial que les grandes entreprises font payer au consommateur dans les produits qu’ils achètent : la pub.
Maintenir la revendication d’un service public sans propagande commerciale après que le Président français ait entamé une réflexion approfondie sur la façon de supprimer la publicité commerciale sur France Télévisions, reviendrait à faire le jeu de la droite.

Le PS ne voit pas qu’à force de renier les idées et principes du socialisme, qu’à force de mettre toute son énergie dans la justification de ses positions de chambre d’enregistrement des conquêtes néolibérales, qu’à force de faire l’inverse de ce qu’il prétend, de profiter de ses positions de pouvoir au détriment de la transparence démocratique, le PS ne voit pas qu’il contribue activement à l’œuvre de destruction qui est en cours.

Le PS a des hommes libres, certes. Mais l’institution PS, détournée de ses buts initiaux, est devenue un appareil à conserver le pouvoir. Sans aucun doute et comme ailleurs en Europe, le PS en portera les conséquences.

Bousculons tous les conservateurs, stoppons la propagande mortifère qu’est la publicité commerciale, libérons la RTBF de la publicité commerciale !


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité