Accueil > Nouvelles > Oui au tram, non à l’autoroute !

Collectif pour un moratoire CHB

Oui au tram, non à l’autoroute !

Manifestation le 16 décembre à Liège

jeudi 13 décembre 2007

Le collectif pour un moratoire CHB (Cerexhe-Heuseux et Beaufays) organise une manifestation le 16 décembre prochain dans la cité ardente pour protester contre le projet d’une nouvelle autoroute à l’est de Liège.

Ce projet d’autoroute est une aberration :
- il ne peut que poser des problèmes supplémentaires de mobilité en renforçant la congestion,
- il implique nécessairement un accroissement des émissions de gaz à effet de serre, alors même que l’on sait que la Belgique sera incapable de rencontrer les objectifs de Kyoto (eux-mêmes largement insuffisants pour faire face au défi climatique),
- il accroîtra encore la surconsommation de pétrole, alors même que la production de celui-ci est en passe d’entrer en déclin, faisant apparaître un "pic" qui représente un défi sans précédent,
- il entraînera une destruction grave de l’écosystème local,
- il est extrêmement coûteux (400 millions d’euros).

Respire soutient l’initiative du collectif et vous invite à rejoindre la manifestation du 16 décembre et à vous opposer à ce projet d’autoroute, aberration passéiste.

L’avenir est au collectif, aux transports en commun et à la mobilité douce, pas au tout à la voiture.
Le tram à Liège oui, l’autoroute CHB, non !

Voyez le site du Collectif pour un moratoire CHB : http://stopchb.be

Signez la pétition "Oui au tram, non à l’autoroute ! :

"Alors que la Région wallonne ne dispose que de budgets très limités, alors qu’on nous rebat les oreilles des difficultés économiques de la Wallonie et du « plan Marshall » qui est censé y apporter un remède, certains types de dépenses publiques ne semblent pas connaître beaucoup de limites. C’est en particulier le cas de la construction d’autoroutes. Malgré les déclarations pro-environnementales de ses responsables, la politique régionale en matière de mobilité continue d’être très majoritairement orientée vers la voiture. La contradiction est évidente dans le chef de mandataires publics qui signent un « pacte écologique » qui prévoit notamment un moratoire sur la construction de nouvelles infrastructures routières,... mais (re)lancent par ailleurs de nouveaux projets d’autoroutes.

Selon les déclarations du gouvernement wallon lui-même, la Région wallonne s’apprête ainsi à investir 800 millions d’euros d’argent public dans de nouveaux tronçons autoroutiers, dont 400 dans la construction d’une nouvelle autoroute à l’Est de Liège (entre Cerexhe-Heuseux et Beaufays), projet inutile et destructeur, qui va saccager des sites naturels importants, encourager encore davantage l’usage de la voiture et renforcer de ce fait la congestion automobile généralisée, accentuer le phénomène d’exode urbain et la localisation du commerce de détail en périphérie de la ville,...

Dans le même temps, l’absence d’un réseau de transports en commun digne d’une agglomération moderne de 500 000 habitants se fait sentir chaque jour à Liège, d’abord pour ceux, nombreux, qui n’ont pas les moyens de se déplacer autrement qu’en bus ou qui font le choix délibéré de renoncer à la voiture ; mais aussi pour les automobilistes qui paralysent aux heures de pointe — autant qu’ils sont eux-mêmes paralysés — tous les axes principaux du réseau secondaire local, lequel est incapable d’absorber de tels flux de véhicules. Les déplacements en transports en commun sont quant à eux bien souvent extrêmement lents : disposant de trop peu de sites propres, il sont englués dans le trafic routier paralysé en de nombreux endroits aux heures de pointe. Le réseau de bus est insuffisant à assurer une desserte des axes les plus fréquentés. Le matériel roulant, fonctionnant au diesel, pollue de façon exagérée l’air de la ville.

Les moyens financiers étant rares, il y a là un choix clair, qui engage la politique régionale et le mode de vie à Liège pour des dizaines d’années. Nous refusons que ce choix soit pris à la légère. Nous refusons que notre avenir soit compromis par le choix systématique de la voiture et le maintien des transports en commun dans un état de sous-financement chronique qui empêche leur développement.

Nous demandons en conséquence l’annulation du projet d’autoroute entre Cerexhe-Heuseux et Beaufays et la réorientation des crédits prévus pour ce projet vers l’investissement dans les transports en commun et la mobilité douce. En particulier, il nous semble pertinent d’étudier dans de brefs délais la réalisation d’un réseau de tram ou de tram-train à l’échelle de l’agglomération liégeoise."


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité