Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > "La croissance économique n’engendre pas de création d’emplois"

"La croissance économique n’engendre pas de création d’emplois"

extrait du communiqué de presse du Bureau International du Travail du 9 décembre 2005

jeudi 29 décembre 2005

Le lien entre croissance économique et croissance de l’emploi s’est affaibli récemment, ce qui signifie que la croissance économique ne se traduit pas nécessairement par la création de nouveaux emplois. L’indicateur de l’élasticité de l’emploi contenu dans le rapport nous permet d’étudier la relation entre croissance économique - mesurée par le PIB - et deux paramètres variables de la croissance, l’évolution positive ou négative de l’emploi et la productivité. L’étude biennale démontre que pour chaque point de pourcentage de croissance du PIB supplémentaire, l’emploi global ne progresse que de 0,30 point de pourcentage entre 1999 et 2003, soit une baisse de 0,08 point de pourcentage par rapport à la période 1995-1999.

Avec un niveau d’emploi qui augmente de 0,5 à 0,9 pour cent pour chaque point de croissance supplémentaire, c’est au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne que la croissance a la plus haute intensité de main-d’œuvre. Si l’on passe en revue d’autres indicateurs néanmoins, on s’aperçoit qu’une bonne part de cette croissance concerne dans ces régions les personnes qui sont à leur compte, pour la plupart des femmes et des hommes de l’économie informelle où les conditions de travail sont souvent misérables. Alors que davantage d’emplois sont effectivement créés dans des économies dominées par l’agriculture comme en Afrique subsaharienne, nombreux sont les emplois qui se trouvent dans l’économie informelle, avec des taux de productivité faibles et n’offrant pas suffisamment de revenus aux travailleurs pour les extraire, eux et leur famille, de la pauvreté. Par exemple, le nombre de travailleurs vivant avec moins d’un dollar par jour a augmenté de 28 millions en Afrique subsaharienne entre 1994 et 2004.

A contrario, l’expansion économique en Asie de l’Est a été suffisante pour générer une croissance des emplois, de la productivité et une réduction de la fréquence de la pauvreté dans la région. L’Amérique latine cependant a connu un déclin du nombre d’emplois générés par la croissance entre 1999 et 2003. Au même moment, le nombre de travailleurs pauvres dans la région, sous la barre de 1 dollar par jour, a augmenté de 4,4 millions. Ces dernières années en Amérique latine, la croissance économique a créé plus d’emplois pour les femmes que pour les hommes, ce qui reflète un véritable comblement du fossé entre taux d’activité des hommes et taux d’activité des femmes dans la région.

En Europe occidentale comme en Amérique du Nord, le secteur des services a connu la croissance la plus vigoureuse tant en termes de valeur ajoutée que d’emploi. Entre 1991 et 2003, pour chaque point de pourcentage de croissance dans le secteur des services, l’emploi a augmenté de 0,57 pour cent en Amérique du Nord et de 0,62 pour cent en Europe de l’Ouest. Néanmoins, le rapport relève des indices de divergence des situations de l’emploi en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest, entre 1991 et 2003 : la croissance fut moins créatrice d’emplois dans la première que dans la seconde de 1991 à 1999, une nouvelle réduction significative en Amérique du Nord et une réduction plus modérée en Europe de l’Ouest eurent lieu de 1999 à 2003.

Voir le communiqué complet


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité