Accueil > « consomme.com » - théâtre-action > « consomme.com » entre en scène.

-= Voir en ligne : http://www.mondequibouge.be/index.p... =-

« consomme.com » entre en scène.

par Céline Téret | Le Monde qui bouge | 16/11/2006

mardi 9 janvier 2007

Essai théâtral et collectif, « consomme.com » titille la société de consommation, humour grinçant à l’appui. Du théâtre-action sans prétention, qui a le mérite d’éveiller les consciences, à l’heure où la consommation poussée à l’excès semble confortablement installée dans les mœurs.


L’idée a germé au retour d’un chantier au Burkina Faso. Marie, Manu et d’autres jeunes ramènent dans leurs bagages l’ambitieux projet d’agir en Belgique. Leur arme ? Le théâtre-action, « un théâtre engagé qui a pour objectif d’amener la réflexion sur une approche sociétale  », explique Marie. Après un projet sur le thème de la différence, l’envie de se pencher sur la consommation prend de l’ampleur. « On voulait aborder des thèmes qui touchent nos sociétés, ici dans le Nord  », poursuit la jeune femme. « On est conscient qu’on est en plein dans la consommation. J’avais aussi envie de faire bouger les choses dans ma propre vie. Moi aussi j’ai un gsm, je fume des clopes... Dans un sens, faire des projets nous permet d’apaiser notre révolte. On a envie de réveiller les gens. »

Au noyau dur de départ sont rapidement venus se greffer une série d’autres motivés, bouche-à-oreille aidant. Aujourd’hui, ils sont une quinzaine, pour la plupart âgés de 24 à 30 ans. Si leurs origines et parcours sont sensiblement différents, ils partagent au moins deux points communs : l’attrait pour le théâtre et l’envie de dénoncer les aberrations de la société de consommation. Manu souligne : « Ce projet prend son sens dans le fait que c’est une initiative citoyenne et bénévole.  »

De la vie intime des légumes au dédale du super marché

La démarche de théâtralisation a débuté par une séance d’improvisation. Une manière d’étaler spontanément les idées qui gravitent autour de la consommation. Une importante phase de décantation a permis de mettre en exergue certains thèmes. L’écriture a ensuite pris son envol et « Consomme.com » a vu le jour. Une création collective donc, sous l’œil avisé de Françoise Walot, pour la mise en scène. L’asbl Respire, prônant une consommation raisonnable et responsable et œuvrant pour libérer l’espace public de la publicité commerciale, soutient le projet. La Fondation pour les Générations Futures a quant à elle récompensé « Consomme.com » dans le cadre de son appel à initiatives « Pas à pas vers un développement soutenable ».

Pour toucher son public (les écoles, essentiellement), la petite troupe de théâtre amateur a opté pour la variation de styles. Le spectacle s’ouvre sur un temps de prières remaniées au goût du jour : « Au nom du pèze, du fric et du saint crédit. Amen ». S’enchaînent ensuite toute une série de scénettes empreintes d’humour, de la vie intime des légumes, aux restaurants qui portent une attention toute particulière à leurs « patients ». Sourire, malaise, incompréhension,... Des sentiments disparates se bousculent. Une impression surtout marquée dans la scène du « Dédale », où une femme à la recherche d’un pain perd la tête en se faisant happer de toutes parts par les rayons d’un grand magasin. Un moment qui reflète bien les mots de Marie, partagés quelques minutes auparavant : « Tout le monde a des contradictions en lui. Tout le monde est tiraillé ».

Inspirées de réels échanges entre la troupe de théâtre et des personnes publiques (Jean-Jacques Jespers, Anne Morelli,...), des interviews viennent également rythmer le spectacle. Ces interviews, menées par le présentateur de l’émission « Soyons heureux, consommons mieux », agissent comme un panel de points de vue supplémentaires s’exprimant sur la société de consommation.
Sous forme de « Savez-vous que ? », quelques données plus scientifiques, tant porteuses d’espoir que de désarroi, sonnent la fin du spectacle. Comme Marie tient à le souligner : « Notre but n’est pas d’être moralisateur, ni de dire « il faut faire ça mais pas ça »  ». Et Manu d’enchérir : « On veut toucher les gens en tant qu’individus et susciter chez chacun la réflexion, le questionnement. » Pour accompagner la démarche, un dossier pédagogique figure d’ailleurs à l’ordre du jour.

Céline Teret.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité