Accueil > Dossiers > RTBF > Contrat de gestion RTBF : la suppression du plafond de 25% d’apports (...)

Communiqué de presse - asbl Respire - 12 octobre 2006 :

Contrat de gestion RTBF : la suppression du plafond de 25% d’apports publicitaires aggrave le risque de sanctions européennes pour distorsion de la concurrence.

jeudi 12 octobre 2006

Renforçant la distorsion de la concurrence sur le marché publicitaire audiovisuel de la Communauté française, la proposition de suppression du plafond de 25% d’apports publicitaires contenue dans le projet de contrat de gestion de la RTBF aggrave fortement le risque de sanction de la Communauté française par la Commission Européenne.

La révision de la directive européenne « Télévision sans frontières », favorable aux opérateurs privés, constituera bientôt un contexte réglementaire nouveau dans lequel l’augmentation de la part de financement publicitaire de la RTBF sera plus encore problématique.

Il appartient au gouvernement de s’accorder le délai de 1 an que prévoit le décret 14 juillet 1997 portant statut de la Radio-Télévision belge de la Communauté française pour évaluer de façon précise le risque que cette proposition fait courir à la RTBF.

* * *

La « renégociation » du contrat de gestion de la RTBF, qui a souffert de graves lacunes démocratiques, débouche sur un document qui comporte certains éléments positifs et beaucoup de problèmes lourds. Parmi ceux-ci, la suppression du plafond de 25% d’apports publicitaires. En plus d’hypothéquer sérieusement l’autonomie éditoriale et financière de notre radio-télévision, cette mesure ouvre la porte à des sanctions juridiques européennes.

La combinaison de financements privé (publicitaires) et public (dotation) fait en effet l’objet d’arbitrages délicats de la Commission Européenne. Celle-ci a ainsi reçu plusieurs plaintes d’opérateurs privés (France, Espagne, Portugal, Danemark notamment) dénonçant une distorsion de concurrence créée par les radiodiffuseurs publics actifs sur le même marché (publicitaire) qu’eux et bénéficiant en plus d’aides d’Etat.

La révision en cours de la directive « Télévision sans frontières » fournira prochainement à l’Union Européenne un cadre réglementaire de l’audiovisuel renouvelé sur lequel la Commission pourra s’appuyer pour renforcer le travail « d’harmonisation » de la concurrence déjà entrepris (voir en annexe). Le projet de directive « Télévision sans frontières » dérégule fortement les pratiques publicitaires et renforce ainsi la position des opérateurs privés.

Dans ce contexte, la suppression du plafond des 25% d’apports publicitaires à la RTBF, qui n’est proposé que pour permettre effectivement le dépassement de ce seuil, expose la Communauté française à des sanctions de la Commission européenne. Il est en effet hautement improbable que celle-ci considère une dotation publique complétée de plus d’un quart d’apports publicitaires comme une aide d’Etat justifiée (par la charge des missions de services publics) et n’entraînant pas de déséquilibre sur le marché publicitaire de la Communauté française de Belgique.
Cette mesure (suppression du plafond de 25%), qui s’inscrit contre les missions de service public de la RTBF et qui n’a pas été négociée, aggrave fortement le risque de sanction pour distorsion de la concurrence.

L’article 9 §5 du décret du 14 juillet 1997 prévoit que : « Si à l’expiration d’un contrat de gestion, un nouveau contrat de gestion n’est pas conclu, le contrat de gestion en cours est prorogé de plein droit pendant un an. Au terme de la prorogation, le Gouvernement arrête pour un an un plan de gestion renouvelable une
seule fois. »

Il revient au Gouvernement de s’accorder ce délai nécessaire de 1 an pour évaluer de manière approfondie le risque que cette mesure fait courir à la RTBF et éviter une condamnation des autorités publiques dont les conséquences pourraient être extrêmement lourdes pour notre radio-télévision.



Ci-dessous, les documents annexés suivants :

1) State aid : Commission requests Germany, Ireland and The Netherlands to clarify role and financing of public service broadcasters
2) Commission orders Danish public broadcaster TV2 to pay back excess compensation for public service tasks
3) Aides d’État dans les services publics de radiodiffusion (synthèse de la législation)

1)

IP/05/250
Brussels, 3rd March 2005

State aid : Commission requests Germany, Ireland and The Netherlands to clarify role and financing of public service broadcasters

The European Commission has requested clarifications from Germany, Ireland and The Netherlands about the role and the financing of public service broadcasters. Having examined allegations from several complainants, the Commission’s preliminary view is that the current financing system in these Member States is no longer in line with EC Treaty rules requiring Member States not to grant subsidies liable to distort competition (Article 87). The Member States concerned now have the opportunity to submit their comments and to propose changes to the financing regime for public broadcasters.

The current investigations in Germany, Ireland and The Netherlands reflect the Commission’s general approach to ensure the transparency necessary to assess the proportionality of state funding and to guard against cross-subsidies for activities not related to public service functions as laid down in its 2001 Communication on applying state aid rules to public service broadcasting (see IP/01/1429). The investigations do not question the prerogative of the Member States to organise and finance public service broadcasting, as recognised in the Amsterdam Treaty Protocol on public service broadcasting.

The Commission has in the past investigated similar financing regimes in France, Italy, Spain and Portugal. Following the Commission’s intervention these Member States have already adopted or proposed measures to ensure their financing regimes respect fundamental principles of clarity, transparency and market behaviour.

In line with this approach, the Commission now asks Germany, Ireland and The Netherlands to implement these same principles : clear definition of the public service remit, separation of accounts distinguishing between public service and other activities and adequate mechanisms to prevent overcompensation of public service activities. Member States also need to ensure that commercial activities by public broadcasters are in line with market principles. Finally, there should be an independent (national) authority checking compliance with these rules.

The complaints in Germany and The Netherlands have also raised new issues, such as the financing of public broadcasters’ online activities. The Commission does not question that public broadcasters offer online services as part of their public service mission. However, the scope of such online activities and whether they are financed by public funds should be determined not by the public broadcasters themselves but by the Member States concerned, to ensure that only those services are included which serve the same democratic, social and cultural needs of society as traditional broadcasting.

The three Member States will have the opportunity to comment on these preliminary views in the next months. The Commission and the Member States will discuss which changes could be necessary to clarify the role and the financing of the public broadcasters. If Member States adopt these measures, the Commission will close the case.
For further information on how state aid rules apply to public service broadcasting see MEMO/05/73.

2)

IP/04/666
Brussels, 19 May 2004

Commission orders Danish public broadcaster TV2 to pay back excess compensation for public service tasks

Today the European Commission closed its State aid investigation into the State financed Danish public broadcaster TV2/DANMARK, ordering TV2 to reimburse approximately € 84.4 million plus interest of State aid. The formal investigation showed that this amount of aid that TV2/DANMARK received exceeded the cost of fulfilling its public service mission.

As a general rule, state financing of public service tasks will not be prohibited under the State aid rules as long as the public financing is proportionate to the net cost of providing the public service. When calculating the net cost, the Commission takes account of the advertising revenues generated by the public service programmes. In the current case, these principles led to the following result :

• As a first step, the Commission calculated whether the State compensation was proportionate to the net cost TV2 had to bear in fulfilling its public service obligation. The Commission found that TV2 had been overcompensated by DKK 628.2 (€ 84.4) million during the period 1995-2002.

• As a second step, the Commission analysed TV2’s behaviour in the television advertising market. In order to establish whether a public service broadcaster has received more aid than necessary to fulfil its public mission, the Commission will also look whether this broadcaster has aimed to maximise revenue in its commercial activities. If this is not the case, the need for public fuinding will be increased accordingly. Although the television advertising prices in Denmark are rather low, the Commission’s investigation did not produce evidence that TV2 had chosen not to maximise its advertising revenues.

In addition, the Commission’s investigation revealed that the Danish State, as owner of TV2, did not behave like a market investor when it decided to reinvest the annual amounts of excess compensation into TV2. Although the Danish State claimed that the surplus was necessary to build up equity, it did not follow the strategy of a private investor because :

• The Danish State did not, before reinvesting the excess compensation into TV2, specify what the appropriate level of equity capital should be for such a TV broadcaster

• The Danish State limited itself to let the overcompensation accumulate in the company.
Therefore, the Commission concludes that an amount of € 84.4 million in public financing is not necessary for the accomplishment of TV2’s public service mission and therefore should be reimbursed.

Background

The analysis carried out in today’s decision is in line with earlier decisions of the Commission on RAI (Italy), France 2 and 3 (France) and RTP (Portugal).

The Commission assessed the State measures in accordance with the principles of the “Communication on the application of state aid rules to public service broadcasting”.

The in-depth investigation was launched in January 2003 following initial investigations made by the Commission based on a complaint from one of the commercial broadcasters active on the Danish market. The complainant’s concerns were mainly raised against TV2’s behaviour in the advertising market and the different financing mechanisms that TV2 is benefiting from.

TV2 has benefited from a number of different State measures. In addition to licence fee resources, TV2 has received interest and instalment free loans, State guarantees for operating loans, a corporate tax exemption, ad-hoc capital transfers as well as access to a transmission frequency with national coverage on favourable terms.

TV2 is engaged in commercial activities and receives the major part of its income from advertising. Other commercial activities of TV2 include sale of programmes, exploitation of internet sites, purchase of programmes rights etc. TV2 can also establish new companies or invest capital in existing companies.

In line with the decision to open formal investigations of January 2003, today’s final decision covers the period 1995-2002.

The Commission is aware that in 2003 TV2 has been converted from a public institution into a limited liability company. The new status requires the company to establish a certain amount of equity capital, which it previously did not need.

The Commission believes that any capital injection should be carried out in an operation that is entirely separate from the compensation payments for the fulfilment of public interest tasks. It should also be carried out under market terms. The Commission is presently discussing with the Danish State how such terms could be met.

Today’s decision confirms that, although the Commission accepts a broad public service broadcasting remit, it does not accept structural excess compensation of the cost of providing the public service. Excess compensation raises serious concerns when a public broadcaster also carries out commercial activities, as it unduly favours the public broadcaster compared to competitors that do not receive any State funding. In these circumstances, excess compensation can allow the beneficiary to depress prices in commercial markets to levels not attainable to those competitors that do not receive State aid.

The Commission accepts TV2’s broadly defined public service broadcasting task as a service of general economic interest (SGEI). Under this task, TV2 broadcasts a mix of programmes on culture, sport, entertainment and news on several television channels.

3)

Synthèse de la législation :

Aides d’État dans les services publics de radiodiffusion

1) OBJECTIF

Définir les critères d’application des règles de la concurrence dans les services publics de radiodiffusion.

2) ACTE

Communication de la Commission concernant l’application aux services publics de radiodiffusion des règles relatives aux aides d’État (Texte présentant de l’intérêt pour l’EEE) [Journal officiel C 320 du 15.11.2001].

3) SYNTHÈSE

Contexte

Depuis ses débuts, l’activité radiodiffusion télévisuelle a été, dans la plupart des cas, exercée par des entreprises publiques sous un régime de monopole, en raison, principalement, du nombre limité de fréquences de radiodiffusion disponibles et des importants obstacles à l’entrée. Dans les années soixante-dix, cependant, l’évolution économique et technique a, dans une mesure de plus en plus large, permis aux États membres d’autoriser d’autres opérateurs à émettre. Tout en ouvrant le marché à la concurrence, les États membres ont estimé qu’il fallait maintenir des services publics de radiodiffusion afin de garantir la couverture d’un certain nombre de domaines et la satisfaction de besoins que les opérateurs privés n’auraient pas nécessairement couverts de façon optimale.

Cette concurrence accrue ainsi que la présence d’opérateurs financés par l’État ont donné lieu à des préoccupations croissantes concernant l’égalité de traitement, préoccupations dont des opérateurs privés se sont faits l’écho auprès de la Commission. La grande majorité des plaintes portent sur de prétendues violations de l’article 87 du traité CE en rapport avec les régimes de financement public créés en faveur des organismes publics de radiodiffusion.

Dans le traité CE, les articles 87 et 88 portent sur les aides d’État, et l’article 86, paragraphe 2, sur l’application des dispositions du traité et, en particulier, des règles de concurrence aux services d’intérêt économique général. Le traité de Maastricht avait déjà introduit un article définissant le rôle de la Communauté dans le domaine de la culture ( l’article 151 ) et une clause de compatibilité éventuelle des aides d’État destinées à promouvoir la culture (à l’article 87, paragraphe 3, point d).

Au niveau de la législation dérivée, la présente communication s’insère dans le contexte de la directive « Télévision sans frontières », qui vise à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à l’exercice d’activités de radiodiffusion télévisuelle, et de la directive 80/723/CEE relative à la transparence des relations financières entre les États membres et les entreprises publiques ainsi qu’à la transparence financière dans certaines entreprises.

Applicabilité de l’article 87, paragraphe 1, du traité

Le financement public d’organismes publics de radiodiffusion est généralement considéré comme une aide d’État. Cependant, l’existence d’aides d’État devra être déterminée cas par cas, en tenant notamment compte des caractéristiques spécifiques du financement. Les régimes de financement actuellement en vigueur dans la plupart des États membres sont anciens. La Commission doit par conséquent vérifier au préalable si ces régimes peuvent être considérés comme des "aides existantes" au sens de l’article 88, paragraphe 1, du traité.

Appréciation de la compatibilité des aides d’État au regard de l’article 87, paragraphes 2 et 3, du traité

La Commission doit, pour en apprécier la compatibilité avec le marché commun, examiner les aides d’État accordées aux organismes publics de radiodiffusion. Les dérogations énumérées à l’article 87, paragraphes 2 et 3, peuvent, le cas échéant, être appliquées. Conformément à l’article 151 du traité, la Communauté tient compte des aspects culturels dans son action au titre d’autres dispositions du traité, afin notamment de respecter et de promouvoir la diversité des cultures.

Appréciation de la compatibilité des aides d’État en vertu de l’article 86, paragraphe 2, du traité

La Commission a pleinement reconnu, dans sa communication sur les " services d’intérêt économique général " en Europe, l’importance de ces services pour atteindre les objectifs fondamentaux de l’Union européenne. Afin que les exemptions prévues par l’article 86, paragraphe 2 s’appliquent, il est nécessaire de donner une définition officielle du mandat de service public. Cette définition incombe aux États membres qui doivent tenir compte pour cela du concept communautaire de services d’intérêt économique général, tel que défini par la communication. En ce qui concerne la définition du service public dans le secteur de la radiodiffusion, le rôle de la Commission se limite à contrôler s’il y a ou non erreur manifeste.

Compte tenu du caractère particulier du secteur de la radiodiffusion, une définition "large" de services d’intérêt économique général est acceptable. Cette définition peut arriver jusqu’à confier à un organisme de radiodiffusion donné la mission de fournir une programmation équilibrée et variée en assurant la satisfaction des besoins démocratiques, sociaux et culturels de la société et de garantir le pluralisme, y compris la diversité culturelle et linguistique.

Il appartient à la Commission de vérifier si les États membres respectent ou non les dispositions du traité. Afin de pouvoir bénéficier d’une exemption au titre de l’article 86, paragraphe 2, du traité, la mission de service public devra être confiée à une ou plusieurs entreprises au moyen d’un acte officiel.

Les États membres sont libres de choisir les moyens de financement du service public de radiodiffusion, mais c’est à la Commission qu’il appartient de vérifier qu’une dérogation à l’application normale des règles de concurrence pour la réalisation d’un service d’intérêt économique général n’affecte pas la concurrence dans le marché commun de façon disproportionnée. Ce test est de nature "négative" : il permet de vérifier si la mesure adoptée n’est pas disproportionnée. De même, les aides ne doivent pas affecter le développement des échanges dans une mesure contraire à l’intérêt de la Communauté.

L’appréciation par la Commission évoquée ci-dessus suppose que la "mission de service public" soit définie avec clarté et précision, et qu’une distinction claire et appropriée soit faite entre les activités de service public et les activités ne relevant pas du service public. La tenue de comptes séparés entre ces deux sphères est normalement déjà exigée au niveau national afin que l’utilisation des fonds publics soit transparente et contrôlable. Les obligations de transparence dans les relations financières entre les pouvoirs publics et les entreprises publiques et au sein des entreprises auxquelles des droits spéciaux ou exclusifs ont été conférés, ou qui sont chargées d’un service d’intérêt économique général, sont énoncées dans la directive 80/723/CEE.

Si le financement par l’État est généralement nécessaire pour permettre à l’organisme d’accomplir ses missions de service public, il est toutefois nécessaire que les aides d’État n’excèdent pas les coûts nets induits par la mission de service public, compte tenu des autres recettes directes ou indirectes tirées de cette dernière. C’est pourquoi les bénéfices nets que les activités commerciales retirent du service public seront pris en considération pour apprécier la proportionnalité de l’aide. C’est pourquoi également la Commission examinera si une éventuelle distorsion de la concurrence due aux aides accordées peut ou ne peut pas être justifiée par la nécessité d’accomplir la mission de service public, telle qu’elle a été définie par l’État membre, et de la financer. Dans son appréciation, la Commission tiendra également compte du fait que, si une aide d’État est nécessaire à l’accomplissement d’une mission de service public, le système dans son ensemble pourrait aussi avoir l’avantage de maintenir une possibilité de choix du côté de l’offre sur certains marchés en cause .

4) MESURES D’APPLICATION

5) TRAVAUX ULTÉRIEURS

Dernière modification le : 03.09.2003


La présente fiche de synthèse est diffusée à titre d’information. Celle-ci ne vise pas à interpréter ou remplacer le document de référence, qui demeure la seule base juridique contraignante.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité