Accueil > Dossiers > RTBF > Contrat de gestion RTBF : écrivez à vos députés

Contrat de gestion RTBF : écrivez à vos députés

lundi 18 septembre 2006

Le contrat de gestion de la RTBF est dans sa toute dernière phase. Il devrait être adopté par le gouvernement de la Communauté française au début du mois d’octobre.
Il reste donc quelques semaines pour faire savoir que l’ouverture de notre radio-télévision publique à plus de publicité commerciale est contraire à l’idée que nous nous faisons du service public et n’est pas compatible avec les missions que nous attendons que la RTBF remplisse enfin.

Nous vous invitons à écrire à votre (vos) député(s) et au gouvernement pour signifier votre désaccord avec l’ouverture de la RTBF à la publicité commerciale et les dangers que représente l’intention de la Ministre Laanan de modifier le décret audiovisuel pour légaliser dse pratiques publicitaires jusqu’ici illégales.

La liste des contacts des députés est accessible ici.

Vous trouverez une liste des membres de la Commission audiovisuelle sur le site www.consoloisirs.be.

Pour écrire aux ministres qui forment le gouvernment :

En copie de vos emails : Madame la Ministre Fadila LAANAN, Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel et de la Jeunesse - en charge de la renégociation du contrat de gestion RTBF :
fadila.laanan@cfwb.be

Madame la Ministre-Présidente Marie Arena, Ministre de la Communauté française chargée de l’éducation :
marie.arena@cfwb.be

Madame la Ministre Marie Dominique SIMONET, Vice-Présidente et Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche scientifique et des Relations Internationales de la Communauté française :
marie-dominique.simonet@cfwb.be

Monsieur le Ministre Michel DAERDEN, Vice-président et Ministre du Budget :
michel.daerden@cfwb.be

Monsieur le Ministre Claude EERDEKENS, Ministre de la Fonction publique et des Sports :
claude.eerdekens@cfwb.be

Madame la Ministre Catherine FONCK, Ministre de la Santé, de l’Enfance et de l’Aide à la Jeunesse :
cabinet.fonck@cfwb.be

Il est aussi très utile d’écrire à Monsieur Elio Di Rupo, Président du Parti Socialiste, Ministre-Président de la Région wallonne et ancien Ministre de l’audiovisuel :
elio@ps.be
edr@gov.wallonie.be

Si vous le souhaitez, vous pouvez reprendre tout ou partie de l’exemple de courrier suivant (pour copier/coller, utilisez la version imprimable de cette page - lien au-dessus du titre) :


Madame, Monsieur...Titre

Par la présente, je souhaite attirer votre attention sur le contrat de gestion de la RTBF qui est dans sa dernière phase de « renégociation ».

Comme vous le savez, le Parlement de la Communauté française n’a pas complètement accompli sa mission en ne remettant pas au Gouvernement de document unique lui donnant les lignes directrices d’une politique commune pour l’avenir de notre radio-télévision publique. La ministre Laanan se trouve donc dans cette situation inédite de devoir négocier ce contrat de gestion avec l’administrateur général, M. Philippot, sans recommandation du Parlement.

L’une des demandes clés proposée de concert par la Ministre et l’administrateur général est d’ouvrir cette entreprise de service public à la publicité commerciale. Deux mesures vont dans le sens d’un pouvoir accru de la publicité commerciale sur la RTBF : la suppression de la règle dite des 5 minutes (qui serait conservée) et la levée du plafond de 25% d’apports publicitaires.

Il me semble que la porte ouverte à la publicité présente un quintuple danger :

1) pour la qualité des programmes, puisque l’on sait que la présence de la publicité entre et dans les programmes tire la qualité éditoriale vers le bas. La mission des télévisions diffusant de la publicité commerciale a souvent tendance à se résumer à "vendre du temps de cerveau humain disponible à Coca-Cola", comme le disait M. Le Lay, président de TF1 ;

2) pour l’autonomie de l’entreprise de service public, puisque augmenter la part de financement privée dans le service public revient à donner davantage de pouvoir à la RMB, qui influe déjà fortement sur l’orientation de la RTBF, son organisation et la conception de ses grilles de programmes ;

3) pour l’emploi à la RTBF : en se coulant dans le jeu de la concurrence, la RTBF court un risque sérieux. RTL/TVi, récemment délocalisée au Luxembourg pour échapper notamment aux contraintes en matière de publicité, fait plus d’audience que la RTBF avec 600 employés, contre 2.200 pour l’entreprise de service public... ;

4) pour les usagers, puisque la pression publicitaire inocule à ceux qui y sont soumis le discours du "tout est à vendre" et du "consommez à tout prix". On sait les ravages que la publicité fait parmi les téléspectateurs. L’obésité, le surendettement, le mal-être qu’elle engendre ou renforce ne sont plus à démontrer.

5) pour l’environnement enfin, dont la dévastation est toujours plus rapide. La publicité commerciale est commandée par les annonceurs car elle est efficace : elle oriente le geste de consommation de ceux qui y sont soumis et les incite avec succès à la surconsommation. Or l’on sait que si tout le monde consommait comme le Belge, il nous faudrait 3,8 planètes... La publicité commerciale, incitation efficace à la surconsommation, est donc en totale opposition avec les engagements de "développement durable" adoptés par l’Etat Belge et ses institutions fédérées.

La Libre Belgique du mardi 5 septembre 2006 nous apprend par ailleurs que la Ministre réfléchit « actuellement à une modification du décret sur l’audiovisuel du 27 février 2003 » pour « autoriser la RTBF à recourir à des formats publicitaires (placement de produits, pub virtuelle...) qui lui sont interdits [...] ». Ces évolutions me semblent très préjudiciables pour la RTBF, la Communauté française et ses habitants. J’ai donc l’honneur de vous demander d’intervenir auprès du Gouvernement pour que toute dérégulation publicitaire soit empêchée, condition sine qua non pour protéger le bien commun qu’est notre radio-télévision de service public et pour stopper la frénésie marchande qui s’inscrit contre la société, les personnes et l’environnement. Je tiens également à souligner que de très nombreuses personnes sont largement opposées à la publicité commerciale (en 2003, une étude réalisée par Significant GfK nous apprenait que 75% des Belges trouvent qu’il y a trop de publicité à la télévision) et que leur point de vue n’a de toute évidence pas été pris en compte dans les discussions relatives à l’avenir de la RTBF.

Vous remerciant de votre attention et dans l’attente de lire votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur...titre, l’expression de mes salutations distinguées.

signature


Merci de nous signaler à quel(s) ministre(s), député(s) vous envoyez vos courriers pour que nous puissions assurer un suivi de la démarche.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité