Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > La marque de mon jean sur la planète

-= Voir en ligne : La marque de mon jean sur la planète - Libération - 10 juin 2006 =-

La marque de mon jean sur la planète

Laure Noualhat | Libération | 10 juin 2006

mardi 13 juin 2006

"Dis-moi comment tu portes ton jean, je te dirai à quel point tu détruis la planète. Voilà ce qu’on pourrait retenir de l’étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) réalisée à l’occasion d’un colloque consacré aux produits « verts » et à l’éco-consommation [1]. L’agence a effectué l’analyse de cycle de vie d’un jean, et pas n’importe lequel : « Un pantalon en toile denim bleue de 600 grammes, muni d’une doublure en polyester de 38 grammes, de 6 rivets et d’un bouton. » Les experts ont analysé l’impact environnemental du vêtement selon le scénario suivant : le pantalon est porté un jour par semaine, pendant quatre ans. Il est lavé toutes les trois utilisations, dans un lave-linge de classe C à 40 degrés (avec ce type d’appareil, de consommation moyenne, le lavage de notre jean requerra 240 kilowattheures par an). Enfin, il sera repassé. Toutes les étapes de la production ont été passées au tamis environnemental.

Du transport au délavage

Le cycle de vie d’un jean se divise en deux stades : la production, depuis la culture de coton jusqu’aux traitements du pantalon (délavage, par exemple) ; puis son utilisation (nettoyage, repassage...) et sa fin de vie. Acheter un jean dont le coton est produit en Inde entraîne un effet sur l’environnement plus fort que si celui-ci provenait d’Egypte, à cause du transport qui représente 6 % au total de l’impact environnemental. Si le coton est bio, cela est moins dommageable pour les rivières et nappes phréatiques, puisqu’il n’a requis aucun produit chimique pour sa culture. Si le pantalon est produit dans un pays ne disposant d’aucune législation sur le traitement des eaux, c’est une horreur écologique. A chaque transformation (teinture, délavage), des produits chimiques se déversent des unités de production. Dès le choix du jean, on peut donc demander l’origine de la toile. Encore faut-il que le vendeur le sache..."

Lire la suite de l’article.


Voir également le site de l’ADEME et notamment la partie "Agir" et son guide pratique sur les actes de consommation : "acheter et consommer mieux"

Notes

[1Etude faite par Bio Intelligence Services pour le compte de l’Ademe (www.ademe.fr)


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité