Accueil > Nouvelles > Appel pour éviter une guerre nucléaire en Iran

-= Voir en ligne : Pétition en ligne : Appel pour éviter une guerre nucléaire en Iran =-

Appel pour éviter une guerre nucléaire en Iran

lancé par Paul Lannoye

mardi 30 mai 2006

"Le monde a miraculeusement survécu àquarante années d’antagonisme intense entre les Etats-Unis et ses alliés de l’OTAN, et l’Union soviétique avec les pays regroupés dans le pacte de Varsovie, arc-boutés sur des dizaines de milliers d’armes thermonucléaires, chacune étant capable de détruire une ville entière. Nous en sommes àune nouvelle ère où, àpart quelques uns, tout le monde s’accorde àpenser que le nombre maximum tolérable d’armes nucléaires ne dépasse pas le millier et que la sécurité des Etats, y compris les Etats nucléaires, exige de ramener ce nombre àune centaine ou même peut-être àzéro".
G. Charpak, R.L. Garwin, V. Journé, De Tchernobyl en Tchernobyls, Ed. Odile Jacob, Paris, 2005.

- L’évolution du dossier iranien ne peut laisser personne indifférent. La tension latente entre l’Iran et la "Communauté internationale" est devenue plus vive encore depuis qu’"àl’échéance du 28 avril, il est apparu que la volonté iranienne de développer l’enrichissement de l’uranium sur le territoire national ne fléchissait pas malgré les exigences du Conseil de Sécurité".

- Les réticences de la Chine et de la Russie face àtoute idée de sanction émanant du Conseil de Sécurité de l’ONU conduisent às’interroger sérieusement sur l’attitude que prendront les Etats-Unis mais aussi la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

- Certains éléments d’analyse plaident pour une tentative de reprise des négociations multilatérales visant àconvaincre l’Iran de changer d’attitude en matière nucléaire ou àtout le moins pour une gestion de crise pacifique. L’enlisement états-unien dans le bourbier irakien ne semble en effet guère permettre le déclenchement d’une nouvelle guerre. En outre, malgré le manque d’informations fiables sur les capacités iraniennes de riposte, il est hasardeux de minimiser les possibilités de représailles importantes. Enfin, il n’échappera àpersonne que le risque d’embrasement dans l’ensemble du Moyen-Orient est on ne peut plus sérieux.

- Cependant, des informations convergentes émanant de sources diverses et manifestement bien documentées font état de préparatifs avancés d’une campagne de bombardements de la part de l’armée US contre les installations nucléaires iraniennes visant àles mettre hors d’état de fonctionner (voir notamment l’article de Seymour Hersh dans le New Yorker du 17 avril 2006 et le document de Michel Chossudovsky du 10 février 2006 intitulé "La guerre nucléaire contre l’Iran" : www.mondialisation.ca).

- Le gouvernement US, largement dominé par les néo-conservateurs, serait déterminé àlancer une offensive surprise dès lors que l’enlisement de l’approche diplomatique serait bien visible.

- L’attitude de l’Union européenne et plus particulièrement de l’Allemagne, de la France et du Royaume-Uni risque bien d’être déterminante àcet égard, l’expérience irakienne conduisant G.W. Bush àtenter d’impliquer l’OTAN dans une nouvelle guerre, vu ses graves conséquences potentielles.

- Il est assez clair que la perspective d’une nouvelle guerre doit inquiéter tous ceux qui sont conscients des désastres humains et écologiques qu’elle provoquera immanquablement.

- Cette perspective devient même totalement effrayante quand on sait que le gouvernement US, appuyé indéfectiblement par Israë l, n’hésitera probablement pas àutiliser l’arme nucléaire pour terrasser l’état "voyou" iranien.

- Depuis l’adoption en 2001 de la Nuclear Posture Review (révision de la posture nationale en matière nucléaire), il est devenu clair que le gouvernement des Etats-Unis s’est lancé dans un vaste programme de modernisation de son arsenal nucléaire. Un des éléments importants de cette politique consiste àse doter d’armes nucléaires dites de faible puissance (environ 5 kilotonnes), armes conçues sous le vocable de mini nukes et destinées àcibler des objectifs stratégiques bien précis. Dans le même ordre d’idées, sont développés des casseurs de bunkers (bunker busters), qui ne sont pas de nouvelles armes nucléaires mais bien des bombes nucléaires existantes dotées d’une nouvelle enveloppe (uranium appauvri) leur permettant de pénétrer des structures très dures et de détruire ainsi des infrastructures souterraines. Leur puissance est plus importante que celle des mini nukes (de 100 tonnes à1 mégatonne). Ces deux types d’armes nucléaires (earth penetrator weapons) ont comme caractéristique commune leur capacité àdétruire des cibles profondément enterrées et lourdement protégées.

- Il ne fait guère de doute qu’en cas d’attaque contre les installations nucléaires iraniennes, ce type d’armement nucléaire sera utilisé, avec des conséquences pour l’environnement et la santé des populations qui ne peuvent être que dramatiques. Les assertions des prétendus experts militaires selon lesquelles la radioactivité libérée serait confinée dans le sous-sol ne résistent pas àune analyse rapide étayée par l’expérience du passé et une connaissance sérieuse de la physique des explosions nucléaires acquise au fil de plusieurs décennies d’essais.

- Nous considérons un tel scénario comme totalement inacceptable, non seulement parce qu’il ferait payer un lourd tribut aux populations civiles iraniennes, mais aussi parce qu’il entraînerait le monde entier dans une logique de banalisation de l’arme nucléaire potentiellement désastreuse pour l’humanité toute entière. Il n’est certes pas souhaitable que l’Iran puisse se doter de l’arme nucléaire et grossisse ainsi les rangs des puissances nucléarisées ignorant tout engagement au sein du traité de non prolifération. Ceci dit, il faut bien admettre qu’àce jour rien ne permet de prouver que l’Iran vise àse doter réellement de l’arme nucléaire (l’AIEA ne dit pas autre chose). Même si on soupçonne le gouvernement iranien de duplicité en la matière, cela n’autorise et ne légitime en rien une offensive militaire déclenchée par des puissances elles-mêmes détentrices d’une force de frappe qu’elles préfèrent "moderniser" plutôt que réduire.

- Faut-il rappeler que l’article VI du traité de non prolifération nucléaire engage les Etats parties au traité àpoursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives àla cessation de la course aux armements nucléaires àune date rapprochée et au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace.

- A moins de faire preuve d’un total aveuglement, il est difficile de considérer que les puissances nucléarisées respectent l’esprit et la lettre de cet article VI. Le comportement le plus condamnable est celui des Etats-Unis qui, par ses décisions politiques et budgétaires, manifeste depuis plusieurs années un total mépris des engagements pris. Il serait d’ailleurs pour le moins paradoxal que ces mêmes Etats-Unis utilisent l’arme nucléaire pour empêcher un Etat, qualifié de voyou, de se doter de cette même arme nucléaire !

Nous pensons qu’il n’est pas trop tard pour empêcher une telle éventualité. Il parait en effet peu réaliste de croire que les Etats-Unis s’engageront unilatéralement dans une aventure manifestement périlleuse au plan géopolitique. L’attitude de ses alliés de l’OTAN devrait être déterminante. A cet égard, il y a tout lieu de craindre un alignement tacite des Etats européens en particulier de ceux qui détiennent l’arme nucléaire et n’ont manifesté aucun zèle àrespecter leurs engagements tels que prescrits par l’article VI du traité de non prolifération nucléaire.

La Belgique, comme membre de l’OTAN et de l’Union européenne, a une position stratégique particulière qui lui permet de jouer un rôle actif au plan international. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement belge d’user de tous les moyens politiques et diplomatiques dont il dispose pour empêcher une guerre avec l’Iran [1]. Nous lui demandons en outre de prendre une position claire sur le caractère inacceptable du recours àl’arme nucléaire dans quelque conflit que ce soit et de défendre cette position au sein de l’OTAN, de l’Union européenne et de l’ONU.

Préoccupés au premier chef comme citoyens responsables et déterminés àparticiper activement àl’information et àla sensibilisation de l’opinion publique, nous lançons un appel àtous nos concitoyens pour qu’ils soutiennent notre démarche.

Il y va de l’avenir même de l’humanité.
Chacun doit être conscient que la course àl’armement nucléaire nous menace en permanence d’un cataclysme nucléaire et que le conflit avec l’Iran pourrait déboucher sur un tel cataclysme.

Premiers Signataires :
• Nicolas Bárdos-Féltoronyi, professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain
• Olivier Corten, professeur ordinaire àl’Université Libre de Bruxelles
• Martine Dardenne, sénatrice honoraire
• Vincent Decroly, avocat au Barreau de Bruxelles et ancien député
• Simone Denayer, professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles
• Pascal Durand, professeur àl’Université de Liège
• Ernest Glinne, ancien ministre et député européen honoraire
• François Houtart, professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain
• Paul Lannoye, député européen honoraire
• Pierre Piérart, professeur émérite de l’Université de Mons
• Georges Trussart, ancien sénateur

Pour signer cet appel, rendez-vous sur la pétition en ligne.

Notes

[1Dans laquelle la Belgique serait directement ou au moins indirectement impliquée.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité