Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > La croissance ne fait pas le bonheur : les économistes le savent-ils (...)

-= Voir en ligne : L’article en PDF (1 Mo) =-

La croissance ne fait pas le bonheur : les économistes le savent-ils ?

par I. Cassier, C. Delain, "Regards Economiques", mars 2006 n°38, IRES (UCL).

jeudi 30 mars 2006

Les auteures ont également publié une carte blanche à ce sujet dans La Libre.

Extrait de l’article :

"Si la croissance n’était plus considérée comme facteur évident de bien-être, la question de son but arriverait inévitablement au devant de la scène. Pourquoi veut-on plus de croissance, et pour qui ? Existe-t-il un consensus sur les objectifs poursuivis (création d’emplois, besoins des plus démunis, garanties pour nos vieux jours) et est-on sûr que la croissance les serve ? Deuxième question, inévitable : le contenu de la croissance est-il neutre par rapport à ces buts ? Si un consensus émergeait pour spécifier les aspects qualitatifs que l’on veut donner à la croissance (emplois moins précaires, productions moins polluantes, priorité aux questions citoyennes, prévention des maladies, du stress, de l’insécurité) les outils de mesure requis se mettraient plus aisément en place, tout comme le gigantesque effort de construction d’une comptabilité nationale traditionnelle fut naturellement entrepris lorsque l’État reçut la mission de stimuler globalement la croissance. La stagnation de la satisfaction de vie des occidentaux révèle sans doute l’urgence d’une révision du contenu de la mission et des outils nécessaires pour l’accomplir. Enfin, si les politiques économiques et sociales veulent servir le bien-être des populations, elles doivent tenir compte des effets de comparaison.
Certaines pratiques de benchmarking, issues du monde des affaires et aujourd’hui couramment utilisées par les gouvernements et les institutions supranationales, risquent d’entraîner les pays dans une course sans fin, identique à celle décrite plus haut pour les consommateurs individuels. Accroître la coopération et réduire la compétition entre nations pourrait contribuer à relever la satisfaction de vie de tous."

Télécharger l’article (PDF - 1 Mo).


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité