Accueil > Dossiers > RTBF > Enfant de pub !

-= Voir en ligne : Enfant de pub ! =-

Enfant de pub !

La Libre - 25/03/06 par Juan d’Oultremont

jeudi 30 mars 2006

Extrait de l’article :

(...)

Ah, la publicité ! Là où d’autres beuglent leur frustration « d’avoir voulu être un artiste », moi, je rêve parfois de me reposer de l’art en m’éclatant dans la « réclame ». Couvrir les abribus d’affiches comparant les cuisses des femmes à des accoudoirs de fauteuils Chesterfield... Promouvoir la liposuccion et les crèmes anti-capitons avec des images sorties tout droit des albums photos du docteur Mengele. Camoufler les chancres urbains de 20 m² rutilants...

Et puisque j’aime les enfants, je me spécialiserais dans la publicité qui leur est destinée. Surtout pour les enfants uniques qui sont généralement bourrés d’argent de poche et auxquels leurs parents n’osent rien refuser. Car c’est une évidence, si les enfants sont avec les seniors et les homosexuels des coeurs de cible, les enfants uniques, eux, restent les premiers prescripteurs d’achat de la famille. Selon des chiffres canadiens, certains enfants uniques se tapaient jusqu’à 300 heures de publicité par an (190 messages chaque mercredi pour les plus assidus). Et malgré cela, vous trouverez encore des parents pour se plaindre. Mais enfin, ceux-là ont-ils calculé ce que ça leur coûterait 300 heures de baby-sitting ? Ou 300 heures de stage de poney... Et puis, soyons pragmatiques : tout le temps que les jeunes regardent la publicité, ils ne brûlent pas de voiture !

Et comme il est prouvé que les enfants aiment la publicité, j’intensifierais le nombre de spots diffusés lors des vacances scolaires, en augmentant légèrement leur niveau sonore pour que ça leur rentre bien dans la caboche. Et pour détourner la fameuse règle des cinq minutes (que certains grincheux veulent remettre en cause), je ne placerais pas de pubs avant et après les programmes destinés aux enfants. Je me contenterais de diffuser quelques dessins animés insipides avant et après des programmes exclusivement composés de publicités. Ce serait les Simpson et Blabla qui parraineraient la pub, et plus le contraire.

Et comme c’est immobile que l’enfant est le plus réceptif, je ferais exploser le nombre de petits obèses grâce à des spots créatifs, courts, rythmés, dont les héros seraient des jus de fruit et des viennoiseries. Les aventures à la fois palpitantes et comiques de la « soda academy ». Dix-sept morceaux de sucre enfermés de force dans une bouteille d’un litre, et auxquels les enfants pourraient s’identifier (surtout ceux enfermés au centre 127 bis)... Ah, si seulement j’avais suivi le conseil de mes grands-parents ! Evidemment, il y en aura toujours pour vouloir supprimer la publicité dans les programmes télévisés destinés aux bambins. On les connaît ces rabat-joie, avec leur longue figure. Ce sont les mêmes qui ont déjà fait retirer les flippos dans les paquets de chips et ont réussi à interdire de garer nos voitures sur la Grand-Place ! Pff ! "

Lire l’article.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité