Accueil > Nouvelles > La SNCB déPUBtréfiée ?

La SNCB déPUBtréfiée ?

mercredi 31 août 2016

« La SNCB doit démonter ses publicités dans les gares » titre le journal L’Echo ce 31 août 2016. Les citoyens ont-ils gagné une bataille contre les ogres du lavage de cerveau à large échelle ? La démocratie a-t-elle enfin produit un effet tant attendu de libération de l’espace public de la publicité commerciale ? La SNCB, dans un éclair de lucidité, a-t-elle pris la décision de se défaire de sa propre PUBtrfécation, consciente qu’elle peut redevenir une entreprise qui se trouve du côté des solutions face à la crise écologique ? Les martiens ont-ils envahis Bruxelles ?

Que nenni, cet effet tout à fait intéressant est le résultat de la guerre de monopole que se livrent JC Decaux et Clear Channel. JCD a gagné en appel contre CC qui tenait le marché des gares de trains depuis belle lurette, au motif d’un biais de concurrence. JCD ayant déjà raflé le marché Villo et obtenu des dérogations permanentes à la réglementation régionale pour saturer l’espace public de pub, on dirait bien que cette transnationale de la propagande commerciale est en train de remporter la bataille face à CC, et cela en toute transparence cela va de soi.

La Cour a donné 8 mois à la SNCB pour retirer les 10.000 mètres carrés de pub [NDLR : qui polluent toutes les gares et tous nos esprits et contribuent pour une proportion minuscule du budget de la SNCB]. Entre-temps un deal transparent et commercial sera peut-être bien trouvé entre les deux combattants du monopole du temps de cerveau disponible pour ne pas laisser le temps aux usagers de pouvoir à nouveau admirer les bâtiments parfois splendides de la SNCB sans pollution commerciale. Ou la SNCB pourra se pourvoir en cassation.

Une suggestion néanmoins puisqu’il n’est jamais trop tard pour bien faire : que la SNCB saisisse cette opportunité historique pour entrer dans le 21e siècle. Celui notamment de la raréfaction des ressources et de l’inéluctable réduction de la consommation, celui de la recherche du sens en dehors de la marchandise.

La publicité commerciale n’affiche pas du rêve mais vend de l’illusion, elle n’égaye pas les rues et les gares mais les colonise pour le règne moribond de la marchandise. Quoi de plus has-been que la pub au 21e siècle ?

Lien vers L’Echo ce 31 août 2016


La SNCB doit démonter ses publicités dans les gares – L’Eco 31/8/2016

JC Decaux, qui estimait que le marché de la publicité dans les gares n’avait pas été attribué de façon régulière, a obtenu gain de cause en appel. 1.700 panneaux pourraient être démontés.

Retirez-moi ces panneaux publicitaires que je ne saurais plus voir… C’est un fameux coup de massue qui vient de s’abattre sur la SNCB et sur les sociétés Publifer et Clear Channel Belgium (CCB). Un arrêt rendu à la fin du mois de juillet par la 9e chambre de la cour d’appel de Bruxelles ordonne à la SNCB de démonter l’ensemble des panneaux publicitaires exploités dans toutes les gares du royaume par Publifer et CCB. D’après une estimation, cela représente environ 1.700 panneaux (de 2 à 36 m2) et une centaine d’écrans digitaux. En tout état de cause, on parle de plus de 10.000 mètres carrés de publicité, le plus grand marché d’affichage de Belgique !

Manque de transparence

À la manœuvre, on retrouve la société JC Decaux Street Furniture. Cette dernière, conseillée par Cédric Alter et Benoît Cambier, estimait que l’attribution du marché de la publicité dans les gares était contraire aux pratiques du marché et à la protection du consommateur. En réalité, le marché de la publicité dans les gares avait été attribué à la société Publifer avant que cette dernière ne transfère une concession d’exploitation à More, reprise depuis par Clear Channel Belgium.
(…)


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité