Accueil > Nouvelles > Rudi Vervoort, pour faire pousser des choux de Bruxelles, il faut de la (...)

Rudi Vervoort, pour faire pousser des choux de Bruxelles, il faut de la terre !

Lettre ouverte du forum des jardiniers à Rudi Vervoort - 1er juin 2016

lundi 29 août 2016

Ce 1er juin 2016 est marqué par la tenue de deux consultations publiques relatives à des espaces verts emblématiques menacés : le Keelbeek à Haren et l’hippodrome d’Uccle-Boitsfort. Le forum potagiste, constitué de 140 potagistes, jardiniers, défenseurs d’espaces verts menacés et autres porteurs de projets agricoles de la Région de Bruxelles-Capitale, exhorte tous les citoyens à manifester leur désaccord en la matière.

Le monde entier sait que les « Brussels sprouts » ou choux de Bruxelles sont originaires de Bruxelles. Mais ces choux poussent-ils encore vraiment dans notre ville aujourd’hui ? Les maraîchers et potagistes urbains de la Région ont été particulièrement enchantés de découvrir les mesures « Good Food », annoncées le 18 décembre 2015 par la ministre régionale du Logement, de la Qualité de vie, de l’Environnement et de l’Énergie, Céline Frémault. Ces mesures visent à promouvoir une alimentation plus fraîche, saine et durable auprès des habitants. Un des objectifs principaux de cette stratégie « Good Food » est d’arriver dans 20 ans à produire localement environ 35 % de la nourriture consommée par les Bruxellois.
Sachant qu’à l’heure actuelle, cette consommation locale se chiffre à seulement 1 %, cet objectif semble à première vue très ambitieux. Pourtant, si on tient compte des crises actuelles, du réchauffement climatique, de l’épuisement des réserves de pétrole… cette transition apparaît comme une véritable nécessité. Les plans d’aménagement du sol de la RBC ne réservent à l’heure actuelle qu’une superficie de 1,5 % à l’agriculture et aux cultures potagères. La politique régionale de développement urbain concorde-t-elle avec Good Food ? Si, dans 20 ans, environ 35 % de la nourriture bruxelloise doit être produite localement, le plan d’aménagement devra immanquablement prévoir plus de terres pour l’agriculture et le maraîchage.

Or, de plus en plus d’espaces verts disparaissent. Au cours des dernières années, Bruxelles a déjà perdu de nombreux sites : Union, une grande partie de Boendael, Van volxem, Tanneurs, le plateau Engeland pour ne citer que ceux-ci. Aujourd’hui encore, toute une série d’espaces verts et d’initiatives agricoles et potagères de la Région sont directement menacées : Boendael-Ernotte, le Donderberg, le Keelbeek, le champ des Cailles, la Plaine, rue Gray, le Plateau Avijl, Koekeliek, Solvay sports, l’hippodrome de Boitsfort, Tenreuken, etc. Sans parler des espaces qui ne sont pas immédiatement menacés, mais dont le statut reste précaire. Nombreux sont les espaces verts qui ne bénéficient d’aucune protection dans le cadre du plan régional d’aménagement du sol, et certains sites, bénéficiant d’un statut au PRAS, sont malgré tout menacés. Le maintien de ces espaces n’est dès lors pas garanti.

Comment la transition annoncée par la stratégie Good Food pourra-t-elle aller de pair avec la disparition de tous ces projets potagers et espaces verts à Bruxelles ? Bon nombre de ceux-ci devraient aujourd’hui s’effacer devant la construction de crèches, prisons, écoles, logements… Nous nous entendons souvent dire que ces autres usages sont plus importants. Il est évident que ces équipements ont leur utilité. Ceci dit, il est également notoire qu’à l’heure actuelle, 2.000.000 m2 d’espaces de bureaux sont inoccupés à Bruxelles. De même, « 208.000 m2 à 306.000 m2 de surfaces vides au-dessus des commerces » pourraient être réaffectées en « 3400 à 5200 logements » [1]. Quel gaspillage de l’espace construit ! Prétendre que le peu d’espace vert restant doit encore être sacrifié à l’étalement urbain est dès lors un argument fallacieux. La requalification des surfaces inoccupées permettrait de répondre, pour une grande part, à ces besoins sans compromettre irrémédiablement la qualité de notre environnement et gaspiller les dernières ressources vertes de la capitale.

Nous demandons l’arrêt intégral de la bétonisation de l’ensemble des jardins, potagers, terres agricoles et espaces ouverts de la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que l’extension des espaces verts dans le plan d’aménagement. Nous demandons également de donner la priorité à la rénovation et à la reconversion des bâtiments vides pour créer des logements, crèches, écoles, etc. Nous demandons en outre à tous les pouvoirs publics de prendre en compte les mesures nécessaires en matière de durabilité prévues dans la stratégie Good Food. Sans cela, « Good Food » restera lettre morte.

Les mandats de votre gouvernement sont temporaires, mais les citoyens raisonnables et visionnaires veulent sortir de la dynamique de vision à court terme et, pour reprendre les mots de Madame Frémault : «  projeter Bruxelles et ses habitants dans le long terme ». Nous serons toujours présents pour veiller à ce que les engagements pris aujourd’hui soient respectés.

Il est par conséquent important que cette transition vers davantage de terres pour le maraîchage, l’agriculture et les espaces verts se fasse en concertation étroite avec tous les acteurs concernés : biologistes, paysans, voisins, faune et flore, cultivateurs, potagistes, chercheurs, environnementalistes, géographes, etc.

La terre représente plus qu’une surface exprimée en mètres carrés. Elle est partie intégrante de la complexité de l’écosystème de notre planète. Les différentes couches du sol sont le domicile d’un nombre incalculable de micro-organismes vivants. Ceux-ci appartiennent aux formes les plus anciennes de vie sur Terre. Toutes les autres formes de vie en dépendent. Pour rendre un sol bâti à nouveau fertile, pour pouvoir à nouveau le cultiver, il faut des dizaines d’années de patience.

Si la Région bruxelloise veut de nouveau voir des choux de Bruxelles pousser sur son territoire, c’est aujourd’hui que le monde politique doit agir. Nous demandons dès lors à Rudi Vervoort de poser des actes clairs, cohérents avec la stratégie « Good Food » que son Gouvernement a avalisée, et ainsi, de répondre aux requêtes du Forum potagiste.

Pour obtenir plus d’informations : tuiniersforumdesjardiniers at collectif.net.

Ce 29 août 2016, le tuiniers forum des jardiniers Bruxellois attend toujours la réponse du Ministre Président.

Notes

[1Derniers chiffres officiels issus d’une étude de 2011 de l’ERU (Centre d’études et de recherche urbaine), voy. Compte-rendu intégral de la Commission du Logement du Parlement de la RBC du 18 décembre 2014, p. 34


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité