Accueil > Dossiers > "Le Forum nucléaire Belge" > Le Forum nucléaire belge poursuit son œuvre malfaisante

Le Forum nucléaire belge poursuit son œuvre malfaisante

… et La libre désinforme ses lecteurs

vendredi 25 septembre 2009

Poussant un peu plus loin le bouchon que dans les deux premières vagues (la première vague a eu lieu en février de cette année et la deuxième cet été) de sa campagne de manipulation de masse de l’opinion publique, le lobby nucléaire franchit un pas supplémentaire dans la confusion volontaire des esprits en adaptant ses messages à certains lieux de diffusion particuliers, comme les espaces publics dédiés aux transports en commun.
Heureusement, la SNCB et la STIB ont réagi et bloqué cette campagne de publicité nocive.
Nous reproduisons ci-dessous un article de La Libre non sans avoir au préalable soulevé quelques-unes de ses caractéristiques extrêmement problématiques :

- Le titre ("La SNCB censure le Forum nucléaire") :
Qualifier de « censure » l’interdiction de la diffusion d’une campagne de publicité commerciale manipulant l’opinion publique dans l’espace public est pour le moins étrange. Certains journalistes ont une idée toute particulière de la « liberté de la presse », qu’ils mettent aisément au service d’annonceurs qui ne reculent devant rien pour accroître leurs profits, mais qu’ils mobilisent moins souvent pour révéler au public les techniques de manipulation de ces mêmes annonceurs.
L’interdiction d’une campagne de publicité commerciale imposée à tous pour manipuler l’opinion publique ne peut pas être considérée comme de la censure dans une démocratie. A moins que la propagande d’Etat des dictatures qui ont noirci les pages de l’histoire auraient également dû être respectées, au motif qu’interdire n’importe quel type de message diffusé dans n’importe quelles conditions et adressées à n’importe quel public soit de facto à défendre au motif qu’il s’agirait de liberté d’expression ?

- le contenu :
1) Voyez cette phrase : « Le malaise que suscite la campagne du Forum interpelle des observateurs dans la mesure où elle est purement informative et rappelle juste des vérités. »
Cette campagne est payée par un lobby privé, financé largement par Areva et GDF-Suez (groupes français), dont l’objectif est la promotion du secteur nucléaire qui est en grande difficulté, au moment de discussions climatiques majeures qui vont notamment voir les très mal nommés « mécanismes de développement propre » revisités et dans lesquels le lobby nucléaire aimerait pouvoir loger sa technologie hyper-polluante, et cette campagne pourrait-être « purement informative » ?
L’objet social même du Forum nucléaire veut que cette campagne soit intéressée, car ce lobby déploie ses actions pour promouvoir la filière nucléaire. Que le journaliste de La Libre déclare que cette campagne « … est purement informative et rappelle juste des vérités » relève de la faute professionnelle. Au sujet de ces prétendues vérités, relisez notrelettre au Ministre Magnette en février dernier.

2) Par ailleurs qui sont ces « observateurs » dont le journaliste fait mention ? S’agirait-il d’observateurs du lobby lui-même ?

3) Phrase suivante : «  Par ailleurs, dit-on, les gares, les stations de métro et les bus sont un lieu de passage et les affiches du Forum s’y justifient pour une meilleure information du public. » Le journaliste acte donc que cette campagne du lobby nucléaire sur le nucléaire constitue de « l’information au public », qu’il s’agit en outre d’imposer (personne ne l’a demandée) au maximum de personnes possible pour que l’information soit « meilleure ». Une chose est claire ici : l’article de La Libre est de la désinformation.

4) Fin de l’article : le Ministre Magnette aurait tenté de « museler » les dirigeants du Forum nucléaire avec une lettre. En février 2009, Respire avait déposé plainte auprès de M. Magnette, considérant que la première vague de publicité du lobby était en infraction de la loi. L’administration avait éludé la plainte, tout comme le Ministre et son collègue aux affaires économiques. Face à une question de droit restée sans réponse, qui concerne l’information au citoyen et la manipulation de l’opinion publique par un consortium d’entreprises privées, le journaliste de La Libre répond qu’en envoyant une lettre au lobby, le Ministre tente de le « museler ». On ne saurait imaginer position journalistique plus irresponsable que cette tentative de "victimisation".

A vrai dire, au vu de la nature de cet article, il est légitime de se demander si le journaliste n’a pas été payé par le lobby nucléaire pour produire ce texte qui constitue une véritable insulte à la profession d’informer les citoyens.

Il est vrai que la presse dépend de la publicité commerciale pour une partie significative de ses recettes financières. C’est un problème majeur qui compromet radicalement la liberté d’expression et le rôle de « chien de garde » des journaux. En attendant les propositions des journalistes (qui sont les premiers intéressés, mais semble-t-il pas disposés à prendre leur destin en main) pour sortir de cette ornière, rappelons que le journaliste se doit de toujours garder son sens critique en éveil, et de ne pas confondre son rôle avec celui des annonceurs :

Extrait de la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes , en téléchargement sur le site de l’Association des journalistes professionnels :

(...)

Les devoirs essentiels du journaliste, dans la recherche et le commentaire des événements sont :

1. Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.

2. Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique.

(...)

9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste, et n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.

(...)

Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus : reconnaissant le droit en vigueur en chaque pays, le journaliste n’accepte, en matière professionnelle, que la juridiction de ses pairs, à l’exclusion de toute ingérence gouvernementale ou autre.

(...)

Extrait de l’article de La Libre : La SNCB censure le Forum nucléaire, La libre, 23 septembre 2009 :

Manifestement, la campagne d’information du Forum nucléaire, lancée lundi, dérange. Selon nos informations, les dirigeants des entreprises de transport public du pays ont refusé que des affiches de la campagne soient placées dans les gares ou les stations de métro.

(…)

Le malaise que suscite la campagne du Forum interpelle des observateurs dans la mesure où elle est purement informative et rappelle juste des vérités. Par ailleurs, dit-on, les gares, les stations de métro et les bus sont un lieu de passage et les affiches du Forum s’y justifient pour une meilleure information du public. "Nous ne voulons pas polémiquer avec les positions des sociétés de transport public, nous avons juste pris acte de leurs décisions de refus de nos affiches", nous a confié la porte-parole francophone du Forum. Ce dernier avait mené une première campagne en début d’année, suscitant une vague de protestations de la part des associations de défense de l’environnement. Le ministre fédéral de l’Energie, Paul Magnette (PS) s’en était même mêlé et aurait envoyé un courrier aux dirigeants du Forum pour tenter de les museler.
Mais le forum étant une asbl privée, sa demande est restée lettre morte.

Lire l’entièreté de l’article : La SNCB censure le Forum nucléaire, La libre, 23 septembre 2009.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité