Accueil > Documents > Décroissance de la consommation > Réflexions autour de la décroissance de la consommation > "Croissance économique : dures limites", La Libre, 24 novembre (...)

"Croissance économique : dures limites", La Libre, 24 novembre 2011

entretien avec Denis Meadows

jeudi 24 novembre 2011

Ecolo-Etopia a invité Denis Meadows, auteur phare du rapports du club de Rome "Halte à la croissance ?" paru en 1972.

L’évolution du discours observable à la marge de Ecolo est intéressante : après dénis appuyés et dénigrements sarcastiques de l’objection de croissance, les verts sont bien obligés d’y revenir. Pour l’instant par la bande.

Rappelons que Ecolo a voté pour l’augmentation de publicité commerciale à la RTBF en donnant au PS et au CDH la possibilité de faire passer cette règle service-publiquicide, et vote systématiquement pour la croissance du PIB (de la production et de la consommation) à tous les niveaux de pouvoirs où il se trouve. Entre les discours et les actes, tout un monde : le vôtre.

Lors de cette "grande conférence", répondant à la question d’un spectateur : "pensez-vous qu’il soit possible de sortir de la surconsommation tant qu’il y a de la pub à la TV ?" Denis Meadows a répondu "non".

Répondant à une autre question à propos de la toxicité du terme "développement durable" qui peut être analysé comme un mot piégé mis en place par les dirigeants pour que rien ne change, Denis Meadows a répondu qu’effectivement c’est un mot toxique.

Après les grandes conférences, les actes ?

*
* *

Extrait de l’entretien avec Denis Meadows :

Auteur d’un célèbre rapport consacré aux limites de la croissance (lire "Repères"), le Pr Dennis Meadows était de passage à Bruxelles ce mardi dans le cadre des Grandes conférences écologiques. Rencontre.

Nous vivons aujourd’hui une crise économique doublée d’une crise écologique et énergétique. Y voyez-vous les premiers signaux d’une “crise de croissance” ?

C’est assez similaire avec la question de savoir si l’on peut affirmer que l’ouragan Katrina est la preuve du changement climatique. La réponse est non, mais cela concorde avec la théorie du réchauffement climatique. Je pense cependant personnellement que les crises auxquelles nous assistons pour l’instant, par exemple la crise de l’euro, ont un lien avec les problèmes physiques. Je m’explique : quand les gouvernements veulent refinancer leur dette, ils doivent payer des taux d’intérêt de plus en plus élevés. Pourquoi ? Parce que les gens qui prêtent cet argent commencent à s’inquiéter de savoir s’ils seront remboursés. L’endettement est fondamentalement construit sur l’hypothèse de la croissance. Emprunter de l’argent avec un taux d’intérêt se justifie parce qu’avec la croissance économique escomptée, le remboursement devrait être plus facile.

A côté de cela, on voit que la production globale de pétrole n’a pas augmenté au cours des cinq dernières années. On a atteint la période de plateau et bientôt ce sera le déclin. Durant cette période, vous ne pourrez plus avoir la croissance que nous avons connue dans le passé. Cela signifie que cette dette ne sera pas remboursée. Je ne parle pas seulement de l’Europe, mais aussi des Etats-Unis qui ont une dette encore plus importante. Bien sûr, beaucoup d’autres facteurs entrent en jeu, mais il y a un lien très fort. Je pense que les gens ne mesurent pas le rôle de l’énergie dans nos sociétés.

(...)

N’est-il pas trop tard pour inverser la tendance et construire un développement durable ?

Je n’aime pas ce terme, je pense qu’il n’a aucun sens. Il est juste utilisé par beaucoup de gens pour justifier ce qu’ils feraient de toute façon. Je préfère parler de la résilience qui consiste à augmenter sa capacité à absorber un choc. Sans résilience, vous avez le chaos. Et avec le chaos vous perdez les libertés. Le grand challenge au cours des dix ou quinze prochaines années est de s’engager dans ce processus en maintenant un système démocratique. Nous avons besoin que ces choix soient faits par les gens et pas par quelques personnes assises autour d’une table.

Lire l’entièreté de l’article sur le site de La Libre.


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité