Accueil > Dossiers > Voitures et transports polluants > Amsterdam interdit la pub pour les voitures et les trasports polluants (...)

Amsterdam interdit la pub pour les voitures et les trasports polluants !

mardi 2 février 2021

Il y a 14 ans, Respire initiait une campagne pour interdire la publicité pour les transports polluants. Une plateforme associative était crées, une pétition lancée, et Jean Cornil, alors député PS, déposait deux propositions de lois à la Chambre. Respire et IEW notamment, avaient été auditionnées à la Chambre. Puis Paul Magnette, alors ministre du climat et de l’énergie, avait retiré les deux propositions de loi.

Ce que Bruxelles n’a pas fait, Amsterdam l’a réalisé.

La mesure adoptée par le Conseil municipal explique que « les publicités pour les produits fossiles, comme les voyages en avion low cost ou directement pour les compagnies liées à l’industrie fossile, doivent être interdites », car « Amsterdam a des ambitions claires en matière de réduction de l’usage des énergies fossiles afin de pouvoir atteindre les objectifs de l’accord de Paris sur le climat ».

https://www.cnews.fr/monde/2020-12-...

On suppose que la pression va être forte pour que l’industrie puisse continuer d’imposer à tous, dans l’espace public, de la propagande incitant à polluer.
On a déjà vu ailleurs comme toute limitation de la pubtréfaction est activement combattu par les lobbies industriels (pour les sodas sucrés et la cigarette notamment).

Pour que ce pas en avant d’Amsterdam ne soit pas suivi par deux en arrière, il serait très utile que de nombreuses autres villes l’imitent.

On attend donc que Bruxelles, puis de nombreuses autres villes belges fassent de même : si rien ne justifie que les multinationales imposent à tous leur propagande commerciale pour la surconsommation dans l’espace public, quelle qu’elle soit, retirer la pub pour les modes de transports polluants est une belle manière d’entamer l’indispensable assainissement de nos espaces publics.

Quid de la voiture électrique ?

Il faudra également observer si l’interdiction couvre les voitures électriques, nouvelle itération de la fuite en avant productiviste qui vend une "alternative" "propre" à la voiture fossile, alors que déjà la Terre est accablée du saccage des mines géantes pour en extraire les minerais et métaux sans lesquels il n’y a pas de "voiture électrique".

Voyez par exemple les quantités de métaux dont le seul producteur Tesla aurait besoin pour réaliser ses ambitions électriques :

La voiture électrique n’est pas propre et ne peut pas l’être, il s’agit simplement d’une technologie qui déplace la pollution vers d’autres ressources. Autant le savoir. Et autant interdire sans tarder la pub pour ces nouvelles pollutions, sans reproduire la même erreur que pour les fossiles !


Suivre la vie du site Articles | Suivre la vie du site breves | Contacts | Confidentialité